Afrique
URL courte
Par
5198
S'abonner

«Si l’entreprise italienne contractante revient sur sa décision initiale de rapatrier ces déchets, c’est la province de Campanie qui assumera la garantie de l’État italien» pour le faire, informe l’ambassadeur de Tunisie en Italie dans une déclaration à Shems FM. Selon lui, «des efforts intenses sont déployés» par la Tunisie dans ce sens.

L'affaire de l’importation de déchets domestiques depuis l’Italie continue de défrayer l’actualité en Tunisie. Ce jeudi 11 février, lors d’un passage sur les ondes de la radio Shems FM, l’ambassadeur tunisien à Rome, Moez Sinaoui, a affirmé que cette affaire était suivie de près par les plus hautes autorités de l’État qui exigent que les conteneurs soient renvoyés dans leur pays d’origine.

«Le dossier des déchets importés d’Italie fait l’objet d’un suivi minutieux de la part de la plus haute hiérarchie à la présidence de la République», affirme le diplomate qui précise que «des efforts intenses sont déployés pour renvoyer les conteneurs en Italie».

Dans le même sens, M.Sinaoui explique que «si l’entreprise italienne contractante revient sur sa décision initiale de rapatrier ces déchets, c’est la province de Campanie qui assumera la garantie de l’État italien» d’accomplir cette tâche.

Une décision administrative

Et d’ajouter que, dans ce cadre, une décision administrative a été «rendue par la province de Campanie et qui reste en vigueur jusqu’au 9 mars». Selon Moez Sinaoui, l’entreprise italienne contractante «a tenté via une plainte déposée auprès du tribunal administratif d’abroger cette décision». «Mais le tribunal a répondu le 9 février que cette question ne relevait absolument pas de sa compétence».

L’affaire a été révélée pour la première fois en décembre 2020 dans l’émission Les Quatre vérités diffusée par la chaîne El Hiwar El Tounsi (Le Dialogue tunisien). En effet, la chaîne avait dénoncé dans son émission le fait que ces «déchets étaient importés à des fins non connues».

«Un Scandale écologique»

Selon le site d’information Webdo, qui avait estimé que cette affaire était l’un des scandales écologiques «les plus marquants de l’Histoire de la Tunisie», la société tunisienne impliquée «recevrait 48 euros pour chaque tonne». «70 conteneurs […] transportant 120 tonnes de déchets ont été acheminés en Tunisie, alors que 200 autres conteneurs sont encore en attente [de déchargement, ndlr] dans le port de Sousse».

Au total, 12 personnes, entre hauts responsables du ministère de l’Environnement, dont le ministre lui-même Mustapha Laroui, et de la douane, en relation avec cette affaire ont été arrêtées et mises sous mandat de dépôt. Alors que 11 autres sont également dans le viseur de la justice.

Lire aussi:

Opération de police au siège du FC Barcelone, le président Bartomeu arrêté
Netanyahou accuse l'Iran de l'attaque d'un navire israélien et promet de riposter
Véhicules endommagés, poubelles incendiées, tirs de mortiers d’artifice: nuit agitée pour les policiers de l’Oise
Couvre-feu: Macron demande aux Français de «tenir encore quelques semaines»
Tags:
déchets plastiques, déchets, écologie, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook