Afrique
URL courte
Par
146
S'abonner

Le commerce illicite prend des proportions importantes au Cameroun. Ces derniers jours ont été marqués par des saisies des produits impropres à la consommation, notamment des boissons frelatées. Ces opérations révèlent un fléau qui crée un manque à gagner pour l’économie nationale et constitue une menace pour le consommateur.

La contrefaçon de produits de consommation courante a trouvé un terreau fertile au Cameroun. De nombreux réseaux de commerce illicite ont été démantelés ces dernières semaines et plusieurs secteurs d’activité sont concernés. Pas plus tard que le 18 février, deux jeunes individus ont été appréhendés par les gendarmes dans le quartier New-Bell à Douala pour fabrication et vente de boissons de contrefaçon. Ils usaient de procédés chimiques pour reproduire de manière frauduleuse des sodas commercialisés par de grandes enseignes installées au Cameroun.

Quelques jours plus tôt, le 9 février, des fabricants de liqueurs et de whisky frelatés ont été mis aux arrêts par la police camerounaise à Elig-Edzoa à Yaoundé. Dans leur petite usine de fortune, le couple Nzali produisait des boissons alcoolisées «de marque». Des breuvages impropres à la consommation qu’ils embouteillaient dans des contenants de grandes enseignes locales et internationales. 

À la suite de perquisitions menées dans cette usine clandestine, un important stock de vin, de champagnes frelatés, un fût d’éthanol, des vignettes Cemac (Communauté économique des États de l’Afrique centrale) ont également été saisis.

Des actions certes louables, mais qui ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan au regard de la profondeur du fléau. Dans le pays, le commerce illicite des produits de consommation courante a en effet le vent en poupe.

Un danger pour les consommateurs

Si les marchandises contrefaites circulent librement sur le marché, au grand bonheur de leurs fabricants, elles constituent un gros risque pour les populations qui parfois se les arrachent dans une inconscience totale du danger qu’ils peuvent représenter. Beaucoup n’ont pas forcément l’aptitude nécessaire pour distinguer le faux du vrai. Pour Dellor Magellan Kamgaing, président de la Ligue camerounaise des consommateurs (LCC), le phénomène de contrefaçon ruine la santé des citoyens.

«L’utilisation de produits de mauvaise qualité par les populations affecte directement leur santé. Nous invitons les consommateurs à être prudents lors de l’achat et de l’usage des marchandises. Pour les boissons, par exemple, ils doivent s’assurer que les informations sur les emballages sont originales», avertit-il au micro de Sputnik.

En dehors du secteur des boissons, la pratique de la contrefaçon, poursuit le défenseur des consommateurs, est très aiguë «dans le domaine des produits cosmétiques, de l’habillement, des matériaux de construction», liste-t-il. «Les services publics doivent accentuer la lutte contre ce fléau en partenariat avec les organisations de défense des droits des consommateurs», ajoute-t-il.

Un cancer pour l’économie

Dans une étude publiée en 2019 par la mission Halte au commerce illicite (Halcomi) de la douane camerounaise, l’on apprend que les pratiques frauduleuses –la contrebande et la contrefaçon– font perdre 250 milliards de francs CFA (400 millions de dollars) par an à l’économie camerounaise. Une gangrène qui, explique Georges Meka Abessolo, expert financier, affecte sérieusement les recettes douanières.

«La contrebande crée une concurrence et un circuit  illégaux qui échappent aux recettes douanières et fiscales tout en fragilisant les entreprises qui respectent les lois et créent des emplois. Il y a donc baisse des recettes fiscales et douanières, perte d’emplois et, plus grave encore, les liqueurs fabriquées hors normes peuvent nuire à la santé des consommateurs», martèle-t-il au micro de Sputnik.

L’État, poursuit-il «doit renforcer les contrôles et récompenser les dénonciations» car «le résultat, c’est le manque à gagner pour lui et une concurrence illégale pour les entreprises légales qui créent des emplois».

Malgré les nombreuses descentes des unités du ministère du Commerce sur le terrain et des missions de la douane, le phénomène semble prospérer. En témoigne la vente à ciel ouvert de carburant frelaté au bord des routes et d’autres produits issus de la contrebande et de la contrefaçon. En 2020, la douane camerounaise, à travers la mission Halcomi, avait annoncé avoir saisi des marchandises contrefaites pour une valeur totale de 10 milliards de francs CFA (18,5 millions de dollars).

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
De Lyon à Moscou pour le vaccin russe: un avocat français livre à Sputnik son expérience
Les USA et les alliés de l'Otan entameront leur retrait d'Afghanistan le 1er mai
Tags:
danger, saisie, douane, contrefaçon, Cameroun
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook