Afrique
URL courte
Par
351326
S'abonner

Les manifestations du Hirak ont recommencé dans plusieurs villes d’Algérie à l’occasion du deuxième anniversaire de ce mouvement citoyen. Les marches avaient été suspendues durant onze mois à cause de la pandémie de coronavirus. Cette reprise intervient au moment où le Président Tebboune a annoncé un «changement radical».

Les Algériens se réapproprient la rue. Cette semaine qui s’achève a été marquée par la reprise des marches pacifiques du Hirak, le mouvement citoyen qui a débuté il y a très exactement deux ans pour contrer un cinquième mandat du Président déchu Abdelaziz Bouteflika.

Ce vendredi 26 février, des manifestations se sont déroulées dans plusieurs villes du pays, dont Alger. Ce retour intervient après une trêve de 11 mois imposée par la pandémie de coronavirus.

Important dispositif policier lors de la marche du vendredi 26 février à Alger.
© Sputnik . Tarek Hafid
Important dispositif policier lors de la marche du vendredi 26 février à Alger.

Dans la capitale, les autorités ont réagi en mettant en place un important dispositif sécuritaire dans le centre-ville. Plusieurs personnes ont été arrêtées à proximité de la place Maurice-Audin avant même le début de la marche qui a commencé à 14h, juste après la prière du vendredi. Des interpellations ont également été signalées dans d’autres villes.

Slogans antipouvoir

La veille, les services de sécurité avaient fermé les principaux accès de la capitale, occasionnant des bouchons de plusieurs kilomètres jusque tard dans la nuit de jeudi. Cela n’a pas empêché plusieurs milliers de personnes, venues de tous les quartiers d’Alger, de se rassembler dans le centre-ville. Parmi elles, les militantes du carré féministe qui s’est reformé ce vendredi.

Retour du carré féministe après une trêve d’une année.
© Sputnik . Tarek Hafid
Retour du carré féministe après une trêve d’une année.

Les marcheurs ont scandé des slogans antipouvoir, accusant notamment l’armée d’avoir imposé le Président Abdelmadjid Tebboune et mettant en avant le caractère pacifique du Hirak. Économiste et activiste politique, Smail Lalmas précise à Sputnik que le retour des marches «vient démentir la théorie de ceux qui avaient annoncé la fin du Hirak».

«Depuis le 16 février, le peuple a bravé les interdits dans les localités de Kherrata et de Khenchela. Puis la diaspora algérienne a confirmé son adhésion au Hirak lors de manifestations à Paris, à Montréal et à Bruxelles. Enfin, le 22 février, jour anniversaire du Hirak, des marches ont été organisées dans de nombreuses villes d’Algérie malgré le quadrillage des forces de l’ordre», affirme-t-il.

«Départ du régime»

Smaïl Lalmas indique que la reprise du Hirak ne doit pas être perçue comme «la célébration d’un anniversaire». «Les Algériens ne sont pas dans une logique de commémoration, ils sont sortis pour confirmer la volonté du peuple d’atteindre les objectifs du Hirak, notamment le départ de ce régime.»

«C’est une démonstration de la conscience populaire qui s’est imposée depuis février 2019. J’ai l’impression que cette longue trêve a permis à cette conscience de gagner en maturité. D’ailleurs, j’ai été surpris par la qualité des slogans et des échanges que j’ai eus dans la rue. À mon sens, le Hirak de 2019 a évolué et est devenu une véritable révolution», souligne Smaïl Lalmas.

Depuis quelques jours, des appels ont été lancés à travers les réseaux sociaux pour sensibiliser les manifestants au port du masque afin d’éviter la propagation de Covid-19.

Campagne de sensibilisation d’un collectif d’étudiants pour le port du masque anti-Covid.

L’économiste reconnaît que le «départ du régime» reste la principale revendication du Hirak mais que ce mouvement n’a pas encore réussi à proposer d’alternative politique. «C’est une révolution qui est menée par le peuple, contrairement à d’autres pays où le mouvement est porté par des partis ou des personnalités. Le projet politique sera le fruit de l’intelligence et de la volonté collectives», dit-il.

«Il est vrai que le Hirak draine plusieurs courants politiques, mais la première étape de notre démarche consiste justement à rassembler toutes les tendances pour obliger le système à partir. Nous ne devons exclure personne. La seconde étape permettra à ces tendances de se structurer pour ensuite organiser des élections. C’est au terme de cette compétition politique que pourra se construire le projet de société», ajoute Smaïl Lalmas.

La reprise du Hirak coïncide avec celle des activités du Président Abdelmadjid Tebboune après une longue convalescence due à une infection au coronavirus. Rentré le 12 février d’Allemagne, le chef de l’État algérien a prononcé un discours à la nation, jeudi 18 février, pour annoncer «un changement radical».

Entre autres mesures, il a fait part d’un remaniement ministériel, la dissolution de l’Assemblée nationale populaire ainsi que la libération des détenus d’opinion dans le cadre d’une grâce présidentielle. En fin de compte, une trentaine de personnes condamnées pour leur participation au Hirak ont été relâchées. Cependant, le remaniement n’a concerné que cinq ministres et la dissolution de la chambre basse du Parlement n’est, jusqu’à présent, pas effective puisque le décret n’a pas encore été publié au Journal officiel. Des mesures qui sont donc loin de mettre en œuvre un «changement radical».

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Tags:
Abdelmadjid Tebboune, manifestation, anniversaire, reprise, Hirak, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook