Afrique
URL courte
Par
7439
S'abonner

En matière d’exposition à la radioactivité, l’Algérie a subit plus de dégâts comparativement «aux effets déjà dévastateurs du nuage de Tchernobyl», affirme le Pr Khiati dans un entretien accordé à TSA. Selon lui, les quatre explosions atmosphériques réalisées par la France dans le Sud de l’Algérie continuent à impacter plusieurs pays à la fois.

Les vents de sable venant du Sahara algérien qui ont touché plusieurs départements de l’Hexagone en février n’ont pas manqué de rappeler à certains le passé colonial de la France. En effet, des mesures de radioactivité ont mis en évidence la présence d’atomes de Césium-137 (Cs137), un isotope radioactif de cet élément émettant notamment des rayons gamma, produits lors des essais nucléaires français dans le Sahara algérien de 1960 à 1966.

Le Dr Pierre Barbet, vice-président de l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO), a affirmé le 27 février sur Franceinfo que l’apparition de cette substance dans le Sahara «remonte au début des années 60, quand la France a fait des essais nucléaires atmosphériques dans cette région».

Ainsi, dans un entretien accordé au site d’information Tout sur l’Algérie (TSA), le Pr Mostefa Khiati, président de la Fondation national pour la promotion de la santé et du développement de la recherche (Forem) en Algérie, estime que ce que son pays a subi comme dégâts à cause des essais nucléaires français dans le Sahara dépasse de loin ce que la catastrophe de Tchernobyl a provoqué en Europe.

«À Tchernobyl, il y a eu un seul accident»

Selon le rapport de la mission des experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) menée en 2005 dans la Sahara algérien, la France a procédé en 1960 et 1966 à 57 expérimentations nucléaires. Quatre explosions atmosphériques dans la région de Reggane du nom de code Gerboise (bleue, blanche, rouge et verte), 13 explosions souterraines à In Ekker, 35 essais froids complémentaires à Hammoudia, dans la région de Reggane, et cinq expérimentations sur le plutonium dans une zone à In Ekker, située à 30 kilomètres de la montagne où ont eu lieu les essais souterrains.

Selon un rapport du ministère français de la Défense datant de 2007, Gerboise bleue, dont l’explosion a eu lieu le 13 février 1960, était une bombe d’une puissance de 70 kilotonnes, soit trois fois plus puissante que celles d’Hiroshima et Nagasaki en 1945. Les trois autres avaient une puissance inférieure à cinq kilotonnes chacune.

«Alors que les tirs aériens n’ont fait l’objet d’aucun incident particulier, quatre des 13 expériences souterraines (Béryl, Rubis, Améthyste et Jade) n’ont pas été totalement confinées», explique le ministère de la Défense. «Il faut y ajouter l’accident du 19 avril 1962 survenu à l’occasion d’un tir de pastille (il s’agit d’expérimentation de physique du plutonium, sans dégagement d’énergie nucléaire, mettant en jeu de faibles quantités de cet élément)», souligne-t-il.

«À Tchernobyl, il y a eu un seul accident [nucléaire lors duquel le cœur du réacteur a fondu à l’intérieur de l’enceinte de confinement, ndlr]», rappelle le Pr Khiati, soulignant qu’«à Reggane il a y eu quatre explosions atmosphériques majeures dont la première […] avait une puissance supérieure à celle cumulée des trois premières bombes américaine (19 kilotonnes), soviétique (22) et britannique (22)».

Effets dévastateurs

Dans le même sens, le Pr Mostefa Khiati explique que l’accident nucléaire de Tchernobyl a été à l’origine de la diffusion d’un nuage de particules radioactives qui s’est dispersé dans l’atmosphère et a touché autant l’Europe que l’Asie et l’Afrique.

«Les dégâts humains ont été extrêmement lourds en Ukraine et plus généralement dans les pays limitrophes», ajoute-t-il, précisant qu’«en matière d’exposition, l’Algérie [qui a été le théâtre de 57 expérimentations nucléaires, ndlr] ne peut aucunement être comparée aux effets déjà dévastateurs du nuage de Tchernobyl».

Concernant l’identification des couches sociales qui seraient contaminées par les essais français, il indique que «malheureusement aucune étude n’est faite pour apprécier l’impact sur les populations». «Le seul argument indirect que nous avons est l’augmentation spectaculaire du nombre de cas de cancers au cours des dernières décades».

La question mémorielle

Enfin, l’interlocuteur de TSA affirme que «la France porte une grande responsabilité des conséquences de cette irradiation». «Bien que la plus touchée, l’Algérie, n’est pas le seul pays atteint, tous les pays situés dans un cercle dont le rayon peut être estimé à environ un millier de kilomètres à partir de Reggane sont régulièrement touchés par les vents saisonniers du Sud», conclut-il, déplorant le fait qu’à ce jour la France refuse de déclassifier les cartes indiquant les régions touchées par les nuages nucléaires ainsi que celles concernant les lieux d’enfouissement des déchets.

La question mémorielle franco-algérienne est extrêmement sensible des deux côtés de la Méditerranée en raison des questions qui restent toujours en suspens. Ainsi de la décontamination des sols dans le Sud de l’Algérie et l’indemnisation des victimes des irradiations, la question de la torture, le problème des disparus des deux côtés, la restitution de l’archive colonial, les enfants des harkis et la récupération des restes des révolutionnaires algériens.

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Tags:
décontamination, contamination, radioactivité, tests nucléaires, France, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook