Afrique
URL courte
Par
5143
S'abonner

Dans un entretien à Sputnik, Didier Tenge Te Litho, ministre du Tourisme de la ville-province de Kinshasa, explique son plan de développement en 14 axes visant à former les jeunes, les restaurateurs et les hôteliers à ce métier avec des standards internationaux dans l’optique des Jeux internationaux de la francophonie en 2022.

Bâtie sur la rive gauche du fleuve Congo, la ville-province de Kinshasa est une région touristique particulière de par son urbanisation, témoignant de l'histoire de la ville et du pays. Elle est traversée par de nombreux cours d’eau, dont les principaux sont les rivières Ndjili et Nsele. Elle est entourée par les monts Mangengenge (718 mètres), Ngafula (630 mètres) et le plateau des Batéké (700 mètres). Kinshasa, c’est 12 millions d’habitants, mais aussi une ville cosmopolite qui recense 450 ethnies et plusieurs nationalités étrangères. Elle compte plus de 3.000 complexes touristiques de tous genres et près de 190 sites touristiques inventoriés. Une richesse patrimoniale qui se décline en sites historiques, naturels, culturels et de loisirs, répartis sur plusieurs axes et à partir desquels des projets de développement pourraient émerger.

Didier Tenge Te Litho, ministre de la Décentralisation, Tourisme et Aménagement de la ville de Kinshasa
© Sputnik
Didier Tenge Te Litho, ministre de la Décentralisation, Tourisme et Aménagement de la ville de Kinshasa
Nommé en juin 2019 ministre du Tourisme, de la Décentralisation et de l’Aménagement de la ville-province de Kinshasa, Didier Tenge Te Litho a mis en place un ambitieux plan de développement qui s’articule autour de 14 axes à même de faire de cette métropole l’une des principales destinations touristiques de la République démocratique du Congo (RDC) pour la clientèle nationale et internationale.

Dans un entretien à Sputnik, M.Te Litho aborde les différents axes de son plan, notamment ceux liés à la promotion de la culture touristique au sein de la population, en particulier auprès des jeunes, la formation, l’amélioration des services et la promotion du potentiel touristique de la ville de Kinshasa au niveau international. Il met l’accent sur l’importance du développement du tourisme urbain, prenant comme exemple Moscou et Saint-Pétersbourg.

Apprendre «de la culture du tourisme»

Les deux mots d’ordre du plan du ministre? «On ne lâche rien...!» et «J'ai fait ma part et toi..?!». Ils appellent à la prise en compte de tous les aspects en lien avec le développement d’un tourisme performant, professionnel, attractif, compétitif et doté de tous les moyens en termes d’infrastructures et de prise en charge du potentiel de la ville, en plus de la promotion d’une culture populaire qui nécessite l’engagement de tous, notamment dans la préservation de la propreté des 24 communes de de la province de Kinshasa et de ses sites touristiques.

«Outre une licence en droit, j’ai également une formation dans la restauration qui m’a ouvert les yeux sur le métier du tourisme, notamment culinaire, et m’a aidé à comprendre les problèmes dont souffre le tourisme à Kinshasa», confie le ministre. «C’est ça qui m’a convaincu à m’engager dans la politique et me battre pour la promotion de ce secteur.»

Ainsi, la promotion médiatique, le juridique, la valorisation du potentiel touristique, la formation, l’accompagnement des acteurs économiques et l’encouragement des investissements, notamment étrangers, sont le fer de lance de son plan, expose le responsable.

Deux évènements importants

En 2022, Kinshasa accueillera la 9e session des Jeux internationaux de la francophonie. Une occasion en or pour donner un sérieux coup d’accélérateur au secteur du tourisme, insiste le ministre du Tourisme de la ville.

M.Te Litho veut sensibiliser les riverains à l’entretien des lieux publics et des rues, les invitant à changer leurs habitudes. Il compte également sonner la mobilisation de tous les hôteliers, transporteurs, restaurateurs pour remettre à niveau la qualité de leur service et se préparer sérieusement à cet évènement qui peut-être une vitrine de la ville. Dans ce sens, il précise que dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, Kinshasa a pris toutes les mesures sanitaires nécessaires et qu’actuellement, la courbe des contaminations est sur une pente descendante.

La même année, la Russie organisera le deuxième sommet Russie-Afrique. Pour Didier Tenge Te Litho, ce sommet sera l’occasion de voir comment le tourisme urbain a été développé, notamment à Moscou et à Saint-Pétersbourg, d’échanger les expériences et d’en profiter pour sceller des contrats de partenariat.

Lire aussi:

Le pass sanitaire en cause? L’institut Pasteur améliore ses pronostics pour la quatrième vague
Licenciement en cas de non-vaccination? La droite dénonce «une volonté de revanche sur le dos des salariés»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Tags:
industrie du tourisme, ethnotourisme, écotourisme, tourisme, aéroport de Kinshasa Ndjili, Kinshasa
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook