Afrique
URL courte
Par
150
S'abonner

Le Premier ministre ivoirien, chef du gouvernement, Patrick Achi souhaite que les états généraux de l’éducation, lancés ce lundi 19 juillet à Abidjan, permettent un meilleur positionnement du système éducatif ivoirien qui commerce à «perdre ses lettres de noblesse» acquises durant les trois premières décennies de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

Selon M. Achi, les différentes crises –socioéconomiques, politiques ou militaires– qu’a connues la Côte d’Ivoire depuis le début des années 1990 ont affecté la qualité de l’éducation. Ainsi, malgré les nombreuses initiatives en faveur de l’éducation prises par le gouvernement depuis 2011 –notamment une part de 5% du PIB, 18% du budget de l’État et 44% du budget de fonctionnement au titre de l’année 2019–, l’école ivoirienne reste toujours en difficulté.

Les états généraux de l’éducation et de l’alphabétisation (EGEA) constituent un moment important pour revenir sur le détail des actions et les résultats de cette dernière décennie.

En outre, face au changement perpétuel de la société, il devient impérieux que, de temps en temps, l’on fasse le point pour mesurer le chemin parcouru et, au besoin, apporter les ajustements nécessaires afin de poursuivre plus sereinement la digne marche vers le développement.

«Il nous faut courageusement, avec honnêteté et franchise, questionner le système, évaluer les rôles de toutes les parties prenantes, notamment de l’État qui offre la connaissance et également les parents qui sont au cœur de l’éducation, chacun devant faire le point», a-t-il souhaité.

Il s’agit, a-t-il ajouté, plus globalement de formuler des recommandations en vue d’un meilleur positionnement du système éducatif.

Ces états généraux constituent la quatrième concertation nationale autour de l’éducation après celles de 1977, 1985 et 1994, a rappelé le chef du gouvernement.

Lire aussi:

Le Conseil constitutionnel valide l'extension du pass sanitaire mais censure l'isolement obligatoire
Un ministre assure que l’État prendra en compte les «remarques» du Conseil constitutionnel, pourtant obligatoires
Le fils du chah d'Iran exhorte l'Occident à donner le coup de grâce à la République islamique
Tags:
Côte d'Ivoire, éducation, premier ministre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook