Amérique du Nord
URL courte
Par
163324
S'abonner

Dans un podcast du New York Times, Hillary Clinton a assuré se sentir mal en songeant à une possible réélection de Donald Trump. L’ancienne candidate à la présidence affirme également que beaucoup de Républicains souhaitent le départ de Trump, sans oser le dire.

L’idée que Donald Trump puisse passer quatre années supplémentaires à la présidence rend Hillary Clinton malade, comme elle l’a confié dans un podcast du New York Times.

L’ancienne candidate aux élections de 2016 a déclaré «ne pas imaginer un seul instant» une nouvelle victoire de son ancien rival. Le simple fait de penser à un second mandat de Trump provoque chez elle «une dissonance cognitive», a-t-elle ajouté.

«Cela me fait littéralement mal au ventre de penser que nous aurions encore quatre ans d’abus et de destruction de nos institutions, de détérioration de nos normes et de nos valeurs, d’affaiblissement de notre leadership […]», a ainsi expliqué Hillary Clinton au New York Times.

Les Républicains contre Trump?

Interrogé sur l’attitude des Républicains à propos de leur candidat, Hillary Clinton a affirmé qu’ils avaient été des «lâches» durant son mandat et que beaucoup voulaient désormais «tourner la page».

«Ils veulent le voir partir autant que nous, mais ils ne peuvent pas le dire publiquement», a assuré Hillary Clinton au New York Times.

L’ancienne Première dame a également remis en cause la gestion de la crise sanitaire par Donald Trump. Lorsqu'on lui a demandé si elle aurait mieux géré la pandémie que l’actuel Président, elle a déclaré que cela ne faisait «aucun doute», soulignant qu’«elle était prête pour les crises et les urgences».

Lire aussi:

Au moins deux morts et plus d'une dizaine de blessés en Allemagne où une voiture a heurté des piétons - images
Macron indique à quelle période aura lieu la première campagne de vaccination en France
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Tags:
Parti républicain des Etats-Unis, Joe Biden, Covid-19, élections, Donald Trump, Hillary Clinton
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook