Amérique du Nord
URL courte
Par
12664
S'abonner

Les responsables de la Maison-Blanche ont reçu l'ordre de ne pas publier une déclaration sur une implication présumée de la Russie dans une opération de piratage informatique des réseaux gouvernementaux américains, selon Associated Press.

Les responsables de la Maison-Blanche étaient prêts à publier vendredi après-midi une déclaration accusant la Russie d'être «l'acteur principal» d’un piratage, mais ont reçu à la dernière minute l’injonction de ne pas la divulguer, rapporte Associated Press.

AP indique que la décision de ne pas publier la déclaration n'a pas été expliquée.

Samedi 19 décembre, l'agence Bloomberg a annoncé qu'au moins 200 organisations, y compris des agences gouvernementales et des entreprises du monde entier, ont été piratées dans le cadre d'une cyberattaque russe présumée qui a implanté un code malveillant dans un logiciel largement utilisé.

Le 14 décembre, le Washington Post avait annoncé qu'un groupe de hackers soutenu par un gouvernement étranger avait piraté des agences américaines, y compris le Trésor et le Commerce.

Réaction du Kremlin et de Trump

Le même jour, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait déclaré que la Russie n'avait rien à voir avec ces attaques de hackers contre des établissements américains. Il avait appelé à ne pas accuser gratuitement la Russie.

Donald Trump a signalé via Twitter que le piratage informatique était bien plus important dans les «médias fake news» qu'en réalité. Mais il a admis que la Chine pourrait être derrière cette attaque.

«La Russie, la Russie, la Russie est la chanson prioritaire quand quelque chose se passe parce que les médias libéraux sont, pour des raisons principalement financières, pétrifiés à l'idée de discuter de la possibilité que ce soit la Chine (ce qui est possible!)», a-t-il tweeté.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Tags:
cyberattaque, Maison blanche, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook