Amérique du Nord
URL courte
Par
71121
S'abonner

L’enquête du FBI sur les responsables présumés de l’assaut du Capitole le 6 janvier se poursuit, mais n’a encore débouché sur aucune inculpation pour terrorisme. Jean-Louis Esquivié, général de division de la gendarmerie et ancien numéro 2 de la cellule antiterroriste de l’Élysée, explique au micro de Rachel Marsden pourquoi ce serait compliqué.

Elle est présentée comme l’une des plus grandes enquêtes de l’histoire du FBI. La police fédérale américaine s’est mobilisée depuis l’attaque du 6 janvier contre le Capitole pour identifier plus de 400 suspects. Mardi 26 janvier, elle en avait déjà inculpé 158, le tout avec l’aide du public.

Le Président Joe Biden a taxé les auteurs de «terroristes de l’intérieur» et «d’insurgés», ajoutant qu’il ne fallait pas se contenter de les qualifier de simples manifestants. Mais à ce jour, les inculpations ne concernent que des infractions telles que l’intrusion violente, la conduite désordonnée dans l’enceinte du Capitole, l’agression de policiers et le vol de biens publics. Rien de tout cela ne ressemble à du terrorisme.

De plus, nous découvrons maintenant qu’un rapport du FBI suggère que les autorités étaient prévenues que des émeutes risquaient d’éclater ce jour-là, contredisant les affirmations selon lesquelles elles avaient été prises au dépourvu.

Alors, où sont les inculpations de «terrorisme national», puisque c’est le terme utilisé à tout va pour décrire ce fiasco? Jean-Louis Esquivié, général de division de la gendarmerie et ancien numéro deux de la cellule antiterroriste de l’Élysée, remet l’enquête du FBI dans son contexte:

«Biden a un problème juridique et un problème politique. Tout le problème, c’est de savoir ce qui va dominer. Est-ce que c’est la politique ou le juridique qui va dominer? Je pense que la politique va dominer le juridique.
De là de dire que le FBI était au courant, c’est complètement évident. Il n’y a pas des centaines de personnes qui vont débouler comme ça sans qu’ils le sachent. Mais il faut replacer un peu le FBI dans le contexte trumpiste, à savoir que le FBI a été totalement déstabilisé par le Président Trump.»

Mais pourquoi n’y a-t-il pas encore eu d’inculpations pour terrorisme? L’ancien numéro deux de la cellule antiterroriste de l’Élysée affiche son scepticisme:

«Ça ne peut pas marcher, le terrorisme. Ils ne vont pas pouvoir inculper des Américains moyens comme terroristes […] À la limite, les 73 millions de trumpistes vont pouvoir se croire eux-mêmes terroristes.»

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Documentaire sur Jeanne d'Arc censuré: la polémique gagne l'Assemblée nationale – vidéo
Tags:
Donald Trump, Joe Biden
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook