Amérique du Nord
URL courte
Par
173119
S'abonner

Qu’est-ce qui a incité Facebook à faire volte-face sur la censure de certains posts liés au Covid-19? Analyse de François-Bernard Huyghe, directeur de l’IRIS, pour Le Désordre mondial.

Les géants de la Silicon Valley tels que Facebook, Twitter et YouTube se sont autoproclamés arbitres de la vérité sur des questions controversées qui méritent un large débat. Les récents événements liés à la pandémie de Covid-19 et à ses origines devraient suffire à remettre en cause le pouvoir que Big Tech s’est arrogé de limiter la liberté d’expression sous prétexte de lutter contre la «désinformation».

Le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, semblait en 2020 à peu près certain des origines du Covid-19. Il déclarait notamment: «Si vous regardez l’évolution du virus chez les chauves-souris et ce qui existe actuellement, [les preuves scientifiques, ndlr] penchent très, très fortement vers l’idée que [le virus, ndlr] n’aurait pas pu être manipulé artificiellement ou délibérément.» L’opinion d’un seul individu (bien qu’il soit un expert respecté) a été reprise comme parole d’évangile par les GAFA et la presse traditionnelle.

Avance rapide d’un an. «Les renseignements sur le personnel malade du laboratoire de Wuhan alimentent le débat sur l’origine du Covid-19», lit-on dans un article du Wall Street Journal du 23 mai. Il cite un «rapport du renseignement américain non divulgué qui pourrait ajouter du poids aux appels croissant à une enquête plus complète pour savoir si le virus Covid-19 s’est peut-être échappé du laboratoire». Selon les services américains, trois chercheurs de l’Institut de virologie de Wuhan auraient été admis dans un hôpital en novembre 2019 avec des symptômes de type Covid.

Anthony Fauci a depuis modéré son point de vue sur les origines du virus. Lorsqu’on lui a demandé s’il croyait toujours que le virus était un phénomène naturel, il a répondu: «Je ne suis pas convaincu de cela. Je pense que nous devrions continuer à enquêter sur ce qui s’est passé en Chine jusqu’à ce que nous découvrions au mieux de nos capacités ce qui s’est passé.»

Que signifie cette volte-face pour les petites mains qui contrôlent la liberté d’expression? François-Bernard Huyghe, responsable de l’Observatoire géostratégique de l’information, explique les enjeux de la censure que pratiquent les géants technologiques américains:

«Les Gafam se présentaient avant comme les champions de la liberté illimitée. Puis à partir de 2016, ils se sont trouvés mis en accusation d’être l’écosystème de toutes les fake news, parfois devant le sénat aux États-Unis. Progressivement, ils ont pris énormément d’engagements de lutter contre les contenus haineux, fake news et assimilés. Au moment de l’épidémie, on a assisté à l’explosion de ce que l’OMS a appelé "infodémie" parce qu’il va avoir une explosion de nouvelles fausses ou douteuses ou fantaisistes ou délirantes sur à peu près tout. Et l’origine de la pandémie était au centre de ces publications.»

Pour l’expert, une seule question sous-tend cette censure du débat autour du Covid-19 par les réseaux sociaux eux-mêmes:

«Où devons-nous mettre la limite entre une information qui serait dangereuse pour ceux qui la croient et qui serait visiblement antiscientifique, et une information qui repose sur les probabilités, l’hypothèse et la responsabilité? Parfois, c’est très troublant.»

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Togo: surpris en train de profaner une tombe, un «féticheur» a été brûlé vif
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook