Amérique du Nord
URL courte
Par
106
S'abonner

Quelque 27 personnes ont péri dans l'effondrement partiel d’un immeuble résidentiel à Surfside, en Floride, selon un nouveau bilan des autorités locales, alors que 121 personnes sont toujours portées disparues.

Les trois nouveaux corps ont été découverts après que les autorités ont repris leurs efforts de recherche et de sauvetage quelques heures après la démolition de la partie restante du bâtiment résidentiel, a déclaré la maire du comté de Miami-Dade, Daniella Levine Cava, lors d'une conférence de presse lundi.

Les autorités ont démoli la partie restante des Champlain Towers South dimanche soir, craignant que la partie encore debout du bâtiment ne s’effondre et blesse les équipes en dessous, alors que la tempête tropicale Elsa approche des côtes américaines. Les services météorologiques prévoient que la tempête touchera la Floride mardi, mais Surfside ne devrait pas se trouver sur la trajectoire directe d’Elsa.

Les opérations de recherche et de sauvetage ont été suspendues avant la démolition samedi, mais ont repris tôt lundi.

La maire a expliqué que la démolition avait été exécutée «exactement comme prévu». Elle a également déclaré que l'ordre de démolir la partie restante du bâtiment n'était «en aucun cas une décision que j'ai prise à la légère», mais que cette mesure était «essentielle pour élargir notre champ de recherche».

Environ 55 appartements ont été détruits suite à l'effondrement spectaculaire il y a 10 jours de cet immeuble résidentiel vieux de 40 ans, qui abrite plus de 136 unités au total.

Lire aussi:

Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Lassé du bâton occidental, le Liban se tourne vers la carotte de Téhéran, Moscou et Pékin
«Scénario cauchemardesque»: une infection fongique indestructible prolifère aux USA
Tags:
bilan, effondrement, États-Unis, Floride
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook