Amérique du Nord
URL courte
Par
Offensive des talibans après le retrait US d’Afghanistan (86)
3514115
S'abonner

Alors que les talibans* sont aux portes du pouvoir en Afghanistan, Donald Trump, qui a conclu en 2020 un accord avec le mouvement islamiste, s’en est pris à son successeur, Joe Biden, appelant ce dernier à démissionner.

Dimanche 15 août, jour de la prise de la capitale afghane par les talibans*, Donald Trump a rendu public un communiqué reprochant à son successeur sa gestion de la situation qui devrait le contraindre, selon lui, à la démission.

«Il est temps que Joe Biden démissionne en disgrâce pour avoir permis ce qui s’est passé en Afghanistan… Cela ne devrait pas être un gros problème, parce qu’il n’a pas été élu légitimement», a indiqué M.Trump.

Il a également critiqué le Président en place pour la recrudescence des cas de Covid-19, l’immigration, la politique énergétique et la paralysie de l’économie.

L’une des plus grandes défaites américaines

Il a affirmé que le retrait d'Afghanistan aurait été «bien différent et bien plus réussi» s'il avait été Président.

«Ce que Joe Biden a fait avec l'Afghanistan est légendaire. Cela restera comme l'une des plus grandes défaites de l'histoire américaine!», avait-il signalé plus tôt dimanche dans une autre déclaration.

Samedi 14 août, la Maison-Blanche a publié un communiqué de Joe Biden dans lequel il a défendu sa décision de retirer les troupes américaines d’Afghanistan, affirmant qu’une présence sans fin dans ce pays était inacceptable.

«Un an de plus, ou cinq ans de plus, de présence militaire américaine n'aurait fait aucune différence si l'armée afghane ne pouvait pas ou ne voulait pas tenir son propre pays. Et une présence américaine sans fin au milieu du conflit civil d'un autre pays n'était pas acceptable pour moi.»

Donald Trump a conclu un accord bilatéral avec les talibans* en février 2020 pour mettre fin à 20 ans de présence américaine ayant coûté à Washington quelque 1.000 milliards de dollars. Début juillet 2021, Joe Biden a annoncé le retrait des troupes, lequel s’est effectué à une vitesse surprenante. Depuis, les talibans* ont progressé de manière fulgurante.

Un retrait anticipant la victoire des talibans*

Vendredi 13 août, ceux-ci ont pris le contrôle de Kandahar et Herat, les deuxième et troisième villes d’Afghanistan. Dans la soirée de samedi, ils sont entrés, pratiquement sans résistance, dans la grande ville du nord de Mazar-i-Sharif et dimanche dans Jalalabad.

Dimanche matin, le ministère afghan de l’Intérieur a annoncé que les talibans* avaient commencé à envahir Kaboul et eux-mêmes ont indiqué qu’ils avaient pénétré dans de nombreux quartiers de la capitale «pour y assurer la sécurité» et que leur progression se poursuivait normalement.

Trois de leurs hauts responsables ont affirmé à l’AFP que les talibans* s’étaient emparés du palais présidentiel après la fuite hors d’Afghanistan du chef de l’État.

Dans la soirée, l'ancien vice-Président Abdullah Abdullah a annoncé que le Président afghan Ashraf Ghani avait «quitté» son pays.

M.Ghani a déclaré sur Facebook avoir fui pour éviter un «bain de sang», reconnaissant que «les talibans* ont gagné».

*Organisation terroriste interdite en Russie

Dossier:
Offensive des talibans après le retrait US d’Afghanistan (86)

Lire aussi:

Sous-marins australiens: «Ce qu'il vient de se passer» pèsera sur l’avenir de l’Otan, selon Le Drian
Une voiture fonce sur une terrasse en centre-ville de Fontainebleau, plusieurs blessés
Véran confirme un possible allégement concernant le pass sanitaire
Tags:
Afghanistan, Donald Trump, Joe Biden
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook