Ecoutez Radio Sputnik
    Nazi Germany

    Les projets d'armement fous de l'Allemagne nazie

    © AFP 2018
    URL courte
    par Oxy
    83913

    A la fin de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux laboratoires et polygones de recherche secrets du Troisième Reich ont été découverts et, avec eux, différents projets d'armes mortelles développés par les ingénieurs nazis.

    Certains armements étaient fous et plutôt dignes d'un film d'Indiana Jones, d'autres étaient parfaitement réels et pratiquement aboutis. Ces projets plus ou moins réalistes retiennent encore aujourd'hui l'attention, surtout quand on connaît l'ampleur avec laquelle absolument tout était fait sous l'Allemagne nazie.

    Le V1 Reichenberg

    Le V1 "avion-missile" était une sorte de précurseur des missiles balistiques contemporains: il disposait d'un pilote automatique et de prémisses de guidage des ogives. Sur le Reichenberg, initialement inhabité, il a été décidé par la suite de construire une cabine monoplace. Les pilotes de l'avion-missile étaient en fait des kamikazes et devaient signer un document attestant qu'ils avaient conscience d'accepter de remplir une mission suicidaire.

    Le Fliegerfaust, canon antiaérien

    Imaginez une mitrailleuse Gatling avec 9 canons. Maintenant, imaginez que ces neufs canons tirent des roquettes. Contre des avions. Connu sous le nom de "poing aérien", ce lance-roquettes avait une portée de 460 mètres et pouvait toucher seulement des avions à basse altitude. Plusieurs dizaines de modèles expérimentaux ont vu le jour, probablement en raison du fonctionnement peu probant de cette arme.

    Fliegerfaust, canon antiaérien
    © Wikipedia /
    Fliegerfaust, canon antiaérien

    Les missiles A9/A10 — V3

    Il s'agit d'un missile "transatlantique" dont l'élaboration a commencé en 1940, destiné à bombarder les villes américaines. On relève seulement deux essais relativement réussis des A9/A10, mais même durant ces tests les ailes se désintégraient pendant la trajectoire descendante. En 1943, le projet a été clos. Toutes les forces ont été lancées pour élaborer le V2.

    Missiles A9/A10
    © Wikipedia /
    Missiles A9/A10

    Le canon à son

    Le canon à son, destiné à éliminer à distance des groupes ennemis par émission d'un infrason, ne fut pas la meilleure invention des chercheurs nazis. C'est surtout le personnel utilisant l'arme en question qui a souffert de l'impact des ondes de basse fréquence (les pertes de connaissance et les crises de panique étaient fréquentes), et vu la portée réduite de l'arme (50 m et impossible à augmenter) il a été décidé de fermer ce projet — un seul prototype du canon acoustique témoigne encore de son existence.

    Le Heinkel He 162

    Le Heinkel He 162, conçu et mis à la production en 1944, était un projet moins fantaisiste que le V1 Reichenberg. Cet avion avec des ailes en bois était destiné aux pilotes inexpérimentés, mais s'est avéré encore plus difficile à piloter que les appareils classiques. Près de 120 avions ont été construits, dont la plupart se sont écrasés dès les vols de formation.

    Heinkel He 162
    © Photo. Flickr/Dustin May
    Heinkel He 162

    Le Schwerer Gustav (Gros Gustav)

    Le Schwerer Gustav (Gros Gustav) et Dora (portant respectivement le nom du directeur de la société de conception et de l'épouse du constructeur) étaient des pièces d'artillerie ferroviaires uniques. Le canon Dora a été utilisé avec succès pendant la bataille de Sébastopol en 1942. Les ingénieurs ont tenté de rendre cette arme plus mobile avec la version Landkreuzer P. 1500 Monster, mais ce monstre de 1 500 tonnes n'était pas manœuvrable.

    Schwerer Gustav (Gros Gustav)
    © Photo. Flickr/manhai
    Schwerer Gustav (Gros Gustav)

     

    Le Panzerkampfwagen VIII Maus

    Conçu par Ferdinand Porsche, le Panzer Maus était un char superlourd (trois fois le poids d'un char allemand classique). Avec ses 188 tonnes, le char ne pouvait pas emprunter de nombreux ponts, mais pouvait se déplacer sous l'eau jusqu'à 13 mètres de profondeur. Les nazis n'ont finalement pas lancé sa production en série et les modèles d'essai ont été saisis par les Alliés.

    Le Horten Ho-IX

    Le Horten Ho-IX fut le premier avion à turboréacteur construit selon le plan aérodynamique d'aile volante. Grâce à sa forme, le bombardier était moins visible des radars de l'époque de la Seconde Guerre mondiale et, en principe, pouvait arriver jusqu'à la côte bretonne sans éveiller les soupçons des chasseurs ennemis. Cependant, les trois prototypes construits n'ont pas eu de réel impact sur le cours de la guerre.

    Horten Ho-IX
    © Photo. Flickr/kitchen.lord
    Horten Ho-IX

    Le canon courbé

    Le fusil à canon courbé sous un angle de 30,45 ou 90 degrés permettait aux fantassins et aux chars allemands de tirer dans différentes directions. Grâce au miroir installé sur le canon du fusil les soldats allemands pouvaient tirer depuis les tranchées sans s'avancer hors de leur abri. Cette idée géniale n'a pas été très popularisée, probablement parce que les armes à canon courbé s'enrayaient souvent.

    Le canon solaire

    Bien que cette idée ressemble plutôt à celle du méchant héros d'une BD, les autorités allemandes en parlaient très sérieusement. L'idée consistait à construire une station orbitale avec un immense miroir, qui devait concentrer et refléter la lumière du soleil en éliminant les ennemis avec un rayon solaire meurtrier directement depuis l'espace.

     

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

     

    Lire aussi:

    Ouragan de plomb: top 5 des canons à tir rapide russes
    Rapides, performants, gros: les 10 chars les plus spécifiques de l’histoire (photos)
    Les plus puissants canons automoteurs en action en Syrie (vidéo)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik