Ecoutez Radio Sputnik
    Les partisans d'Erdogan célèbrent l’échec du coup d’Etat

    Turquie: le coup d’État est un faux, voici les preuves

    © REUTERS/ Baz Ratner
    URL courte
    Cherif Amir
    par Cherif Amir
    48145101

    Turquie, Erdogan, faux coup d’État, armée turque humiliée...

    Le 15 juillet 2016, à 21h30 locales en Turquie, des chars appartenant à l’armée turque ont occupé le pont stratégique du Bosphore à Istanbul. Le siège de la chaîne publique turque TRT a été investi et les chars ont pris le contrôle de l’aéroport d’Ankara. Les premières informations en provenance de la Turquie montraient qu’il s’agissait d’un véritable coup d’État. Mais les images et les heures qui ont suivi ont démontré le contraire. De nombreuses anomalies ont commencé à apparaître, contribuant à la thèse d'un faux coup d’État, d’une pièce de théâtre orchestrée par le tyran ottoman, Erdogan, et ses services de renseignements. Voici les anomalies qui soutiennent cette thèse.

    1) Les réseaux sociaux bloqués, à l'exception du compte du premier ministre

    Les médias ont déclaré que les putschistes —virtuels- avaient bloqué l’accès aux réseaux sociaux comme Facebook et Twitter. Étonnamment, dès 22 heures – c’est-à-dire 30 minutes après le déclenchement du coup d’État –, le premier ministre  turc, Binali Yildirim, a commencé à envoyer des messages sur son compte Twitter, déclarant qu’un coup d’État était en cours. D'autres messages ont été publiés sans cesse durant les six heures de ce « coup d’État » fictif. Le premier ministre faisait ainsi des déclarations à la place des « putschistes » qui auraient normalement dû prendre la parole dans un moment si critique

    Recep Tayyip Erdogan interrogé par un journaliste de CNN Turk via un téléphone portable
    © REUTERS/ CNN Türk
    Erdogan appelle à descendre dans les rues pour résister à la tentative de coup d'Etat

    2) Aucun membre important du régime turc n'a été capturé par les militaires

    Le principe du coup d’État implique l'arrestation par les militaires putschistes des dirigeants du régime en place. Il est plausible que le dictateur turc Recep Tayyip Erdogan, placé sous haute sécurité dans un hôtel situé à Marmaris, ait pu échapper à l'arrestation, même si tous les médias connaissaient bien sa position. Par contre, comment est-il possible que le premier ministre, le ministre de la Défense, le ministre de l’Intérieur et surtout le chef des services de renseignements, Hakan Fidan, n'aient pas été capturés? Aucune personnalité importante du régime n’a été touchée pendant les six heures de ce coup d’État fictif. Pourtant, la Turquie et son armée ont une bonne expérience des coups d’État. Comment une étape si cruciale aurait-elle pu être si naïvement manquée?

    3) Le retrait soudain et inexplicable des forces armées turques du siège de la télévision publique ainsi que du pont du Bosphore

    Dans ce contexte, la nouvelle est subitement tombée du retrait des militaires turcs du bâtiment de la télévision publique, reculant devant les forces de police locales, sans même que les forces spéciales du ministère de l’Intérieur n'aient été déployées. Le même scénario s’est déroulé pour les chars déployés sur le pont du Bosphore. Cela nous amène à la scène la plus comique de ce faux coup d’État.

    Putsch à Ankara
    Des gens grimpent sur un véhicule blindé à Ankara lors de la tentative de coup d'Etat

    4) Place Taksim: la dernière scène de théâtre

    Alors que les chars participant au prétendu coup d’État s'étaient positionnés au centre de la place Taksim, à Istanbul, un événement inattendu est survenu: des voitures de police ont encerclé les chars et les soldats, supposés être des putschistes exécutant des ordres dans une opération qui relève de la vie ou de la mort. La logique voudrait que ces chars réagissent brutalement en écrasant ces voitures de police ainsi que leurs occupants. Mais contrairement à toute attente, les militaires se sont rendus comme des prisonniers de guerre, sans opposer aucune résistance, et se sont laissés menotter comme des délinquants de droit commun. Comment des militaires en train de mener un coup d’État auraient-ils pu si facilement céder devant de simples forces de police?

    5) Une révélation comique sur les moyens de communication entre les généraux de ce prétendu coup d’État

    Selon les sources sécuritaires pro-Erdogan, les généraux qui auraient conduit le coup d’État avaient créé un groupe sur l’application WhatsApp afin de communiquer entre eux pendant les opérations. Lors d’une opération si critique, la plupart des personnes et à plus forte raison des militaires recourraient à des moyens de communication beaucoup plus discrets, voire impossibles à décrypter et certainement pas à une application utilisée par le citoyen lambda.

    Akın Öztürk
    Akın Öztürk,ex-commandant de l'Armée de l'air turque

     

    6) L’avion présidentiel survolait librement l’espace aérien turc sans craindre d’être abattu

    Un événement extraordinaire concerne l’avion présidentiel turc, alors qu'il transportait le tyran lui-même. L’appareil survolait librement l’espace aérien de la Turquie, sans craindre d’être abattu soit par des avions de chasse, soit par les défenses aériennes de l’armée turque. Un autre élément extraordinaire est l’affaire de l’hélicoptère des putschistes qui aurait tiré sur des civils pro-Erdogan, avant que l’armée de l’air turque ne l'abatte. Sa carcasse n'a pas été retrouvée… Pourquoi les médias ne le montrent-ils pas pour prouver l'incident? Et s'il avait été abattu au-dessus d’Istanbul, comme l’allègue le communiqué de presse de l’entourage du tyran turc, comment l’appareil aurait-il pu tomber sur la ville sans tuer des civils?

    Remarque : Pour conclure le commentaire sur cette mascarade, une remarque doit être faite concernant les militaires turcs qui ont participé aux événements, sacrifiés sur l’autel du pouvoir d’Erdogan. Les soldats qui ont participé à ce déploiement de force à Istanbul et Ankara sont apparus extrêmement passifs face aux agressions venant des partisans d’Erdogan. Tous ont assuré qu’ils avaient reçu l’ordre de sortir de leurs casernes dans le cadre d’un exercice ou de manœuvres de déploiement rapide pour protéger les sites stratégiques des villes d’Istanbul et d'Ankara. Ils ont déclaré ne s'être rendu compte de ce qui se passait que lorsqu’ils ont été victimes d'insultes ou d'agressions de la part des voyous pro-Erdogan. Ce qui explique qu'ils n'ont que rarement résisté. Cette réponse est la seule convenable et logique. En effet, le nombre des effectifs et des véhicules participant à cette pièce de théâtre était très faible par rapport aux moyens normalement requis dans l'opération gigantesque que représente un véritable « coup d’État ». Par exemple, sur le pont du Bosphore, seuls étaient stationnés deux chars et trois camions de transport… qui, placés au centre, n'en contrôlaient même pas les accès. Aux environs de l’aéroport d’Ankara, un char se trouvait isolé. Lorsque les voyous ont grimpé sur le char, son conducteur est sorti terrifié, demandant aux gens ce qui se passait, avant d'être roué de coups sans merci. C'est finalement l'arrestation de plus de 10.000 militaires, de plus de 8.000 policiers et de plus de 2.000 juges qui explique beaucoup de choses… Dernière conclusion: l’armée turque, après cette humiliation par ses dirigeants sur son territoire, ne pourra jamais reconquérir sa puissance. Erdogan n’a pas seulement déshabillé ses généraux et ses soldats, en les faisant défiler en sous-vêtements dans les rues d’Istanbul et d'Ankara, mais il a aussi déshabillé son régime et son pays, la Turquie, qui se trouve maintenant en voie de disparition comme État moderne, comme je l’avais déjà prédit dans mon dernier article sur ce pays sinistré*.

     

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Des manifestations pour commémorer les victimes de la tentative de coup d’État en Turquie
    Erdogan promet d'«arracher la tête des traîtres»
    La Turquie va-t-elle chasser l'Otan de ses bases aériennes?
    Tags:
    tentative de putsch en Turquie (2016), Recep Tayyip Erdogan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik