Ecoutez Radio Sputnik
    Les Intouchables. Image d'illustration

    Castes en Inde: la vérité sur les Intouchables

    © Flickr/ ActionAid India - Campaigns
    URL courte
    par Intonation
    22012

    Bien que la discrimination de caste soit aujourd'hui interdite en Inde, les Dalits restent la classe sociale la plus pauvre, la plus démunie et la moins éduquée. Pourquoi? Et jusqu'où peuvent aujourd'hui aller les Intouchables sur l'échelle sociale? Explications

    Une Intouchable de 14 ans est décédée fin juillet dans un hôpital de New Delhi après avoir été détenue pendant un mois en esclavage sexuel par son voisin. Avant de succomber, l'adolescente a déclaré à la police que son ravisseur l'avait menacée avec un couteau, la forçait à boire du jus mélangé de l'acide, ne la nourrissait pas et la violait plusieurs fois par jour avec ses connaissances. L'enquête a révélé qu'il s'agissait d'un second kidnapping — le premier avait été commis par le même individu fin décembre 2015 mais il avait été relâché sous caution. Les médias locaux soulignent que le tribunal a été aussi complaisant envers le criminel car sa victime appartenait à la caste des Dalits (Intouchables), et donc que sa vie et sa liberté ne valaient rien…

    L'origine des Intouchables

    Selon la version la plus répandue, les Intouchables descendent des tribus qui vivaient en Inde avant l'invasion aryenne. Dans le système traditionnel de la société aryenne, composée de quatre castes ou varnas — les Brahmanes ou prêtres, suivis des Kshatriyas ou guerriers, puis des Vaishyas, des artisans et des marchands, et enfin des Shudras, les serviteurs, les Dalits se sont retrouvés tout en bas, au-dessous des Shudras, qui étaient également des descendants de résidents pré-aryens du pays. En Inde même est répandue une version du XIXe siècle selon laquelle les Intouchables seraient des descendants d'enfants chassés dans les forêts et nés de l'union entre un homme Shudra et une femme Brahmane.

    Selon l'ancien texte canonique littéraire indien Rig-Véda (rédigé entre 1700 et 1100 av. J.-C.), les Brahmanes viennent de la bouche de l'homme originel Purusha, les Kshatriyas étaient ses bras, les Vaishyas étaient ses cuisses et les Shudras étaient ses pieds. Il n'y a pas de place pour les Intouchables dans ce tableau du monde. Le système de varna s'est définitivement instauré entre le VIIe siècle av. J.-C. et le IIe siècle.

    On considère qu'un Intouchable peut profaner les individus des castes supérieures, c'est pourquoi leurs maisons ont été construites en retrait. Le système de restrictions rituelles chez les Intouchables est tout aussi ferme que chez les Brahmanes, même si les limitations sont complètement différentes. Il était autrefois interdit officiellement aux Intouchables d'entrer dans les restaurants et les temples, de porter des parapluies et des chaussures, de porter des chemises et des lunettes de soleil, tout en ayant le droit de manger de la viande — ce que les Brahmanes, végétariens, ne pouvaient pas se permettre.

    Dharavi, un bidonville situé dans au cœur de l'agglomération de Mumbai en Inde.
    © Wikipedia /
    Dharavi, un bidonville situé dans au cœur de l'agglomération de Mumbai en Inde.

    En Inde, les appelle-t-on vraiment "Intouchables"?

    Aujourd'hui ce terme n'est pratiquement plus utilisé et il est considéré comme offensant. L'épithète le plus répandu pour les Intouchables est Dalits, qui signifie "oppressés" ou "opprimés". Auparavant on utilisait également le terme Harijans, ou enfants de Dieu, que Mohandas Gandhi avait tenté de populariser. En vain: les Dalits le considéraient comme tout aussi offensant que les "Intouchables".

    Combien y a-t-il de Dalits en Inde et combien ont-ils de castes?

    Les Dalits représentent environ 170 millions de personnes, soit 16,6% de la population. La question du nombre de castes est très complexe car les Indiens n'utilisent pratiquement pas ce terme, lui préférant la notion plus vague de "jati", qui recouvre non seulement les castes au sens habituel du terme, mais également les clans et les communautés qu'il est souvent difficile d'attribuer à un varna. D'autant que la frontière entre une caste et une sous-caste est souvent très vague. On peut seulement dire qu'il existe des centaines de jatis.

    Les Dalits vivent-ils encore dans la pauvreté? Quelle est le rapport entre leur situation sociale et économique?

    Dans l'ensemble, les castes les plus basses sont significativement plus pauvres. La grande partie des Indiens démunis sont précisément des Dalits. Le niveau moyen d'alphabétisation à travers le pays s'élève à 75% mais il est à peine supérieur à 30% chez les Dalits. Statistiquement, près de la moitié des enfants de Dalits quittent l'école à cause des humiliations qu'ils y subissent. Ce sont eux qui représentent la majeure partie de chômeurs; et ceux qui travaillent sont généralement moins payés que les représentants des castes plus élevées.

    L'Inde compte tout de même une trentaine de Dalits millionnaires. Bien sûr, sur fond des 170 millions de pauvres que compte le pays, c'est une goutte d'eau dans l'océan. Mais ils prouvent par leur exemple qu'il est possible de réussir même en étant d'origine Dalit. Ce sont généralement des personnalités éminentes: Ashok Khade de la caste des Chamars (corroyeurs), fils d'un pauvre cordonnier analphabète, était docker le jour et lisait des manuels la nuit pour obtenir son diplôme d'ingénieur, sachant qu'il dormait dans la rue sous un escalier car il manquait d'argent pour louer une chambre. Aujourd'hui, ces compagnies réalisent des transactions pour des centaines de millions de dollars. C'est une histoire typique du succès d'un Dalit, sorte de rêve bleu pour des millions de démunis.

    Dharavi, un bidonville situé dans au cœur de l'agglomération de Mumbai en Inde.
    Dharavi, un bidonville situé dans au cœur de l'agglomération de Mumbai en Inde.

    Les Intouchables n'ont-ils jamais tenté de se rebeller?

    Pas à ce que l'on sache. Avant la colonisation de l'Inde, cette idée ne pouvait même pas venir à l'esprit car à cette époque l'exclusion de la caste était comparable à une mort physique. Après la colonisation, les frontières sociales ont commencé peu à peu à s'estomper et après l'indépendance de l'Inde l'idée même de rébellion a perdu son sens pour les Dalits, qui bénéficiaient de toutes les conditions nécessaires pour atteindre leurs objectifs par la voie politique.

    Cette soumission était à tel point ancrée dans la conscience des Dalits que le parti Bahujan Samaj Party (BSP), qui représente les intérêts des plus basses castes, a mis à disposition des Dalits des camps d'entraînement spéciaux où ils apprenaient à "surmonter leur peur séculaire et la crainte face aux hindous des hautes castes", comme le montrent les recherches des russes Felix et Evgueni Iourlov. Parmi les différents exercices, on installait par exemple un épouvantail d'hindou de caste élevée avec une moustache et un tilak (point) sur le front. Dalit devait surmonter sa peur pour approcher l'épouvantail, lui couper la moustache et effacer le tilak.

    Peut-on sortir de la caste des Intouchables?

    C'est possible, mais pas facile. Le moyen le plus simple consiste à changer de religion. Un homme qui se convertit au bouddhisme, à l'islam ou au christianisme quitte techniquement le système de castes. Les Dalits ont commencé à se convertir au bouddhisme en nombre pour la première fois à la fin du XIXe siècle. Les conversions de masse étaient associées au nom d'un célèbre combattant pour les droits des Dalits, le docteur Ambedkar, qui s'était converti au bouddhisme avec un demi-million d'Intouchables. La dernière cérémonie d'une telle ampleur s'est tenue à Mumbai en 2007 — 50 000 personnes s'étaient alors converties ensemble au bouddhisme.

    Bhimrao Ramji Ambedkar, leader des intouchables, lors d'un discours, le 13 octobre 1935.
    © Wikipedia /
    Bhimrao Ramji Ambedkar, leader des intouchables, lors d'un discours, le 13 octobre 1935.

    Les Dalits préfèrent se convertir au bouddhisme. Premièrement, les nationalistes indiens ont une meilleure attitude envers cette religion qu'envers l'islam ou le christianisme, car c'est l'une des religions indiennes traditionnelles. Deuxièmement, un système de caste s'est également mis en place avec le temps chez les musulmans et les chrétiens, même s'il n'est pas aussi explicite que dans la société hindoue.

    Peut-on changer de caste en restant hindou?

    Oui, mais seulement par des méthodes semi-légales ou illégales. Par exemple, de nombreux noms indiquant l'appartenance à une certaine caste ont une ou deux lettres de différence. Il suffit donc de charmer ou de corrompre un fonctionnaire d'un établissement gouvernemental pour devenir membre d'une autre caste, voire d'un autre varna. Il est préférable d'entreprendre ce genre de démarche soit en ville, soit en déménageant là où ne vivent pas des milliers de villageois qui ont connu votre grand-père.

    Seconde solution: la procédure "Ghar Wapsi", littéralement "bienvenue à la maison". Ce programme est mis en œuvre par des organisations hindoues radicales qui se fixent pour objectif de convertir à l'hindouisme les Indiens d'autres religions. Un Dalit peut donc se convertir au christianisme, puis verser des cendres sur sa tête pour faire part de sa volonté de procéder au Ghar Wapsi — et redevenir hindou. Si cette procédure est réalisée en dehors de son village natal, il est toujours possible de dire que l'on appartient à une autre caste.

    Reste à savoir pourquoi faire tout cela. Car le certificat de caste ne sera pas demandé lors d'une embauche ou pour entrer dans un restaurant. Depuis cent ans, on assiste en Inde à une destruction du système de castes sous l'influence de la modernisation et de la mondialisation. L'attitude envers un individu inconnu s'appuie de plus en plus sur son comportement et la seule chose qui pourrait encore être révélatrice de son origine est son nom, souvent associé à une caste (Gandhi — marchands, Deshpande — Brahmanes, Acharya — charpentiers, Gupta — Vaisyas, Singh — Kshatriyas). Mais aujourd'hui tout le monde peut changer de nom.

    Peut-on changer de varna sans changer de caste?

    Il est possible que votre caste soit touchée par le processus de sanskritisation, ou "mobilité verticale des castes": si une caste adopte les traditions et les coutumes d'une autre plus élevée, il est possible que tôt ou tard elle soit reconnue comme membre d'un varna plus élevé. Par exemple, si une basse caste devient végétarienne — ce qui distingue les Brahmanes — s'habille comme les Brahmanes, porte des fils sacrés au poignet et se tient comme les représentants de cette caste, il est possible que tôt ou tard elle commence à être traitée comme les Brahmanes.

    Un Brahmane
    © Wikipedia /
    Un Brahmane

    Toutefois, la mobilité verticale est généralement propre aux varnas supérieurs. Aucune caste de Dalits n'a encore réussi à franchir la limite invisible qui les sépare des quatre varnas ni à devenir, au moins, des Shudras. Mais les temps changent.

    En fait, en tant qu'hindou, vous n'êtes pas obligé de déclarer votre appartenance à une caste quelconque. Vous pouvez être un hindou sans caste, c'est votre droit.

    Pourquoi changer de caste en principe?

    Tout dépend la direction du changement — vers le haut ou vers le bas. L'augmentation du statut de caste signifie que d'autres individus, pour qui la caste a de l'importance, vous traiteront avec davantage de respect. La perte du statut, notamment jusqu'au niveau d'une caste comme celle des Dalits, vous apportera plusieurs avantages réels, c'est pourquoi de nombreux représentants de hautes castes cherchent à rejoindre les Dalits.

    Le fait est qu'en Inde les autorités luttent aujourd'hui sans appel contre la discrimination de caste. Selon la Constitution, toute discrimination de caste est interdite et poser une question sur la caste lors d'un entretien d'embauche est passible d'une amende.

    Mais il existe dans le pays un mécanisme de discrimination positive. Plusieurs castes et tribus sont inscrites sur la liste des "tribus et castes enregistrées" (SC/ST), dont les membres bénéficient de certains privilèges, confirmés par des certificats de caste. Des places sont notamment réservées aux Dalits dans la fonction publique et au parlement, leurs enfants sont acceptés gratuitement (ou à moitié prix) dans les écoles, ils ont des places réservées dans les instituts… Bref, un véritable système de quotas a été établi pour les Dalits.

    Est-ce une bonne chose? Pour ma part, j'ai rencontré des Dalits supérieurs aux Brahmanes en termes d'intelligence et de développement général, à qui ces quotas ont permis de remonter d'en bas et de recevoir une éducation. Mais d'autres Dalits se laissent porter par la vague (d'abord grâce aux quotas pour intégrer un institut, puis avec ces mêmes quotas pour la fonction publique), ne s'intéressent à rien et ne veulent pas travailler. Comme ils ne peuvent pas être renvoyés, leur avenir est garanti jusqu'à la vieillesse avec une bonne retraite à la clef. En Inde, beaucoup critiquent le système de quotas, beaucoup le défendent.

    Les Dalits peuvent donc entrer en politique?

    Tout à fait. Par exemple Kocheril Raman Narayanan, qui fut président indien de 1997 à 2002, était un Dalit. Mayawati Prabhu Das, également connue comme la "Dame de fer Mayawati", fut ministre en chef de l'Uttar Pradesh (État le plus peuplé de l'Union indienne) pendant plus de huit ans au total.

    K. R. Narayanan lors d'une visite du président russe Vladimir Poutine en Inde, en octobre 2000.
    © Wikipedia /
    K. R. Narayanan lors d'une visite du président russe Vladimir Poutine en Inde, en octobre 2000.

    La proportion de Dalits est-elle identique dans tous les États de l'Inde?

    Non, elle varie de manière considérable. L'Uttar Pradesh est en tête avec 20,5% de tous les Dalits en Inde, devançant le Bengale-Occidental (10,7%). Proportionnellement à la population totale, le Pendjab est en tête avec 31,9% de Dalits suivi du Himachal Pradesh avec 25,2%.

    Quel métier peuvent exercer les Dalits?

    Théoriquement, tous: de président à nettoyeur de toilettes. De nombreux Dalits sont des acteurs de cinéma ou travaillent comme mannequins. Dans les villes où les principes de caste sont flous, il n'existe aucune restriction; dans les villages, où les anciennes traditions restent fortes, les Dalits continuent de faire les travaux "sales": écorchage de la peau sur les dépouilles d'animaux, creusage de tombes, prostitution, etc.

    Comment évolue le statut d'un individu qui se marie avec un/une Intouchable?

    Si l'individu en question est un Intouchable, son statut ne change pas. S'il appartient à une caste supérieure, par contre, cela représente un écart à la coutume. Ensuite, tout dépendra de sa famille et de son attachement aux traditions tacites. Une telle union peut conduire à une expulsion du domicile, à la rupture avec les proches, voire à un "meurtre d'honneur". Si la famille et les amis ont une position plus progressiste, alors le statut social de la personne mariée avec un Intouchable ne change pas.

    Si un enfant naît dans un couple de castes différentes, à quelle caste appartiendra-t-il?

    Traditionnellement, en Inde, l'enfant était inscrit dans la caste la plus basse. Aujourd'hui, on estime que l'enfant hérite de la caste de son père, à l'exception de l'État du Kerala où il hérite la caste de sa mère. Cela est théoriquement possible dans les autres États, mais c'est au tribunal d'en décider au cas-par-cas.

    Il est à noter une histoire qui date de 2012: un homme Kshatriya avait épousé une femme de la tribu des Nayaks. Le garçon a été inscrit comme Kshatriya, mais par la suite sa mère a saisi le tribunal pour que son enfant soit inscrit comme Nayak afin qu'il puisse bénéficier des avantages accordés aux tribus opprimées.

    Touriste en Inde, si j'ai touché un Dalit, pourrais-je ensuite serrer la main d'un Brahmane?

    Pour les hindous, les étrangers sont déjà considérés comme impurs car ils se trouvent hors du système de castes. Ils peuvent donc toucher qui ils veulent sans se profaner d'aucune manière. Si un Brahmane pratiquant décidait de vous parler, il devrait de toute façon suivre un rituel de purification.

    Tourne-t-on en Inde des films pornographiques mêlant plusieurs castes avec la participation de Dalits?

    Bien sûr. Et à en juger par le nombre de visionnages, ils sont très populaires.


    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Médias & politiques: «la communion dans la communication»
    Le prochain Président de l’Inde sera un «intouchable»
    Première au Pakistan: une femme issue de la caste des intouchables élue au Sénat
    Tags:
    Intouchables, castes, kidnapping, société, New Delhi, Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik