Ecoutez Radio Sputnik
    John F. Kennedy et Jacqueline Kennedy

    Assassinat de John F. Kennedy: les versions les plus folles

    © AP Photo/
    URL courte
    par Ripley
    311

    Les Etats-Unis ont déclassifié quelque 2.800 documents relatifs à l’assassinat de John F. Kennedy. La question de savoir qui a assassiné le Président Kennedy est un morceau de choix pour les partisans de la théorie du complot.

    Certains estiment que le KGB porte une grande responsabilité, d'autres que c'est le CIA ou le leader soviétique Nikita Khrouchtchev ou encore Fidel Castro qui sont impliqués. Et ce ne sont pas les explications les plus folles qui courent. Voici les versions les plus surprenantes de l'assassinat du 35e président des Etats-Unis.

    Selon la version officielle, Lee Harvey Oswald a agi seul. C'est à cette conclusion qu'est parvenue la commission Warren dirigée par Earl Warren, alors président de la Cour suprême des États-Unis. L'ancien fusilier marin a été appréhendé deux heures après l'assassinat et tué deux jours plus tard lors de son transfert de la prison du commissariat à celle du comté par Jack Ruby, le propriétaire d'une boîte de nuit. L'endroit d'où Lee Harvey a tiré sur le Président se trouvait au cinquième étage d'un dépôt de livres où il avait été embauché un mois plus tôt.

    Cependant, les preuves convaincantes de la culpabilité d'Oswald n'empêchent pas de remettre en cause la version officielle. Des hommes politiques ne s'en privent d'ailleurs pas. Ainsi l'ancien secrétaire d'Etat des Etats-Unis John Kerry a déclaré dans une interview à NBC: «J'ai toujours de forts doutes quant à un acte isolé de Lee Harvey Oswald».

    Double vengeance

    Selon certains, John Kennedy a été assassiné par le célèbre joueur de baseball Joe Di Maggio, deuxième mari de Marilyn Monroe. Leur mariage a duré seulement neuf mois et s'est soldé par un divorce à cause, dit-on, de l'aventure entre l'actrice et le Président.

    Marilyn Monroe et John Kennedy ont fait connaissance au début des années 1960. La rumeur de leur liaison a rapidement été relayée par la presse à scandale. Di Maggio, mari trompé, aurait été fou de rage en apprenant l'aventure de sa femme. Après la mort de l'actrice, qui n'aurait pas été causée par un surdosage de somnifères, il aurait assassiné Kennedy pour venger cette mort.
    Les preuves à l'appui de cette version sont les suivantes: on a retrouvé un papier avec un des numéros de téléphone de la Maison blanche dans le lit de l'actrice après sa mort. Il y a aussi des photos posthumes de Marilyn sur lesquelles on pourrait voir sur son corps des traces qui témoigneraient d'une tentative faite pour l'étouffer. Robert Kennedy serait celui qui aurait essayé de tuer l'actrice — il serait venu à Los Angeles pour la convaincre de laisser le Président tranquille mais celle-ci n'aurait pas voulu l'écouter.

    Une émission monétaire inopportune

    Les Illuminés constituent une société occulte secrète qui a été créée au XVIII siècle en Bavière. Les membres de cette société considèrent que l'émission monétaire de 1963 a restreint les pouvoirs de la Réserve fédérale des Etats-Unis, qui servaient les intérêts de cette puissante société. Pour celle-ci, il était un comble d'impertinence d'indiquer sur les nouveaux billets «United States Note» (billet des Etats-Unis) au lieu de «Federal Reserve Note» (billet de la Réserve fédérale), ainsi que de faire imprimer le sceau et le numéro de série sur les nouveaux billets non pas en vert mais en rouge.

    Il fallait donc éliminer le Président, qui lui-même était membre de la société des Illuminés, pour pouvoir retirer de la circulation tous les nouveaux billets et les détruire. En outre, John Kennedy aurait trahi les membres de la société secrète qui l'aurait aidé à parvenir au sommet du pouvoir: au lieu de les remercier, il aurait agi dans ses propres intérêts. Les Illuminés n'auraient pas eu besoin d'un tel président.

    Devenir président ou aller en prison

    Après l'assassinat de John F. Kennedy, son vice-président Lyndon Johnson prête serment à bord de l'avion qui transportera plus tard le corps du Président assassiné. C'est Johnson qui aurait tué Kennedy pour s'emparer du pouvoir mais aussi pour se protéger. Suspecté de corruption, le vice-président des Etats-Unis devait coûte que coûte devenir président pour éviter la prison.
    «Si Kennedy n'avait pas été assassiné ce jour-là, Lyndon Johnson aurait été mis en prison», a déclaré Madeleine Brown qui affirmait avoir été l'amante du vice-président.

    Cette thèse est appuyée par les déclarations de Richard Nixon et de Jacqueline Kennedy qui soulignaient que le lieu de l'assassinat n'avait pas été choisi au hasard, Johnson étant originaire du Texas et contrôlant la police locale. Organiser un assassinat au nord-est du Texas lui aurait permis de cacher certaines preuves. Tous ces arguments sont pourtant jugés insuffisants par certains.

    Un Président qui était trop curieux

    William Lester, auteur du livre Une célébration de la liberté: JFK et la Nouvelle Frontière (A Celebration of Freedom: JFK and the New Frontier), a demandé en 2011 à la CIA à consulter des documents confidentiels. Parmi ces documents, on trouve une note de service de Kennedy écrite le 12 novembre 1963 et adressé au directeur de la CIA. Cette note vient prouver que dix jours avant sa mort Kennedy avait fait une demande de documents confidentiels sur un OVNI.

    L'intérêt du Président pouvait s'expliquer par le fait qu'il était préoccupé par les relations des USA avec l'URSS dans l'espace aérien de laquelle un OVNI avait été détecté, affirme William Lester.
    «Il craignait que l'URSS puisse donner une fausse interprétation à cette apparition en prenant cet objet pour un aéronef militaire américain, il voulait convaincre les Soviétiques que l'attitude des Etats-Unis n'était pas agressive», explique l'écrivain.

    Les chasseurs d'OVNI se sont alors souvenus d'un mot à demi-brûlé qui s'est retrouvé entre les mains de l'ufologue Timothy Cooper en 1999. Dans ce mot, un agent de la CIA qui a sauvé le papier du feu, mentionne Lancer (Lancier en français) qui est le nom de code de John Kennedy utilisé par les services secrets: «Comme vous le savez, Lancer s'intéresse à nos activités. C'est ce que nous ne pouvons pas laisser faire. Veuillez exposer vos considérations avant le mois d'octobre. Vos actions concernant ce sujet sont très importantes, si nous voulons préserver le groupe». Il est difficile à dire si Kennedy était vraiment une personne indésirable pour les services secrets.

    La piste Khrouchtchev

    En 1959, la nouvelle sur un fusilier marin qui avait fui les Etats-Unis pour l'URSS a fait sensation. Lee Harvey Oswald est resté deux ans en URSS et ce fait a été évoqué par ceux qui se souviennent à tout bout de champ du recrutement des agents par le KGB. En effet, ce dernier avait un dossier sur Oswald mais cela ne signifie pas que Soviétiques voulaient le recruter. Mais Michael Eddowes, l'auteur du livre Khrouchtchev a tué Kennedy (Khrushchev Killed Kennedy) paru en 1975, était d'un tout autre avis.

    Selon Eddowes, pendant son séjour en URSS, Lee Harvey aurait été remplacé par un sosie-terroriste qui aurait assassiné le Président en 1963. A l'appui de sa thèse Michael Eddowes explique que le vrai Oswald aurait été plus petit que son sosie qui aurait tiré sur le Président. Désarmées par cet argument, les autorités américaines ont consenti à exhumer le corps, Eddowes ayant réussi à les persuader que c'était le sosie de l'assassin qui aurait été enterré. Or, les cicatrices sur la main gauche du corps ont confirmé l'identité de Lee Harvey Oswald.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    70% des Américains ne croient pas aux résultats de l'enquête sur l'assassinat de Kennedy
    «Des allégations atroces»: Moscou réagit aux spéculations sur l’assassinat de John Kennedy
    3.500 nouveaux documents sur l’assassinat de JFK publiés vendredi aux USA
    Tags:
    John Kennedy, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik