Ecoutez Radio Sputnik
    Officier de la police aux frontières tient le passeport d'une femme érythréenne après son passage illégal de la frontière américano-canadienne. Québec

    Québec, la volte-face de Legault sur l’immigration «fait un peu amateuriste»

    © Photo. GEOFF ROBINS
    Canada
    URL courte
    Jérôme Blanchet-Gravel
    429

    Après avoir promis le contraire, le gouvernement Legault revoit à la hausse le nombre d’immigrés reçus annuellement au Québec, invoquant des motifs économiques pour motiver cette volte-face. Mais pour Stéphane Handfield, avocat en droit de l’immigration, les dirigeants ne disposent pas d’assez de données pour fixer correctement les seuils. Entrevue

    C’était l’une des grandes promesses électorales de la Coalition Avenir Québec, dirigée par le Premier ministre François Legault: diminuer de 20% le nombre annuel d’immigrés reçus au Québec. Depuis plusieurs années, le Québec reçoit entre 50.000 et 52.0000 immigrés annuellement. Pour maintenir une bonne capacité d’intégration, les caquistes voulaient revenir au nombre de 40.000 immigrés, une position populaire auprès de l’électorat. Mais voilà que le parti fait volte-face, au grand dam des électeurs aux penchants nationalistes. Déjà très longue, la lune de miel entre François Legault et la population pourrait bientôt appartenir au passé.

    «Le gouvernement a effectué une diminution temporaire du nombre de personnes immigrantes pour l’année 2019, en ramenant celui-ci à 40.000 pour respecter son engagement d’injecter d’abord les ressources nécessaires à l’amélioration des services à la disposition des nouveaux arrivants. Le gouvernement entend maintenant augmenter les niveaux d’immigration dans les prochaines années», peut-on lire dans le document intitulé «Consultation publique 2019 –la planification de l’immigration au Québec pour la période 2020-2022».

    Pour l’avocat Stéphane Handfield, spécialisé en droit de l’immigration, cette décision ne repose sur rien de concret. Maître Handfield commente régulièrement les dossiers touchant l’immigration dans les médias. Il estime que le nouveau seuil a été fixé de manière arbitraire par le gouvernement de centre droit.

    «Le retour aux anciens seuils d’immigration n’est ni une bonne ni une mauvaise nouvelle. Encore une fois –nous sommes habitués avec les gouvernements précédents– on fixe des seuils d’immigration à la légère, sans avoir d’étude ou d’analyse réelle des besoins actuels du Québec. Nous n’avons pas d’analyse sérieuse tenant vraiment compte, par exemple, du vieillissement de la population et des postes qui seront à combler», a souligné Stéphane Handfield en entrevue avec Sputnik.

    De fait, au Québec, l’argument le plus invoqué pour augmenter les seuils est le vieillissement de la population et la pénurie de main-d’œuvre. Le patronat presse régulièrement le gouvernement d’ouvrir les frontières pour pourvoir les postes vacants. À Québec, le besoin de personnel est particulièrement criant, la ville enregistrant son plus bas taux de chômage de son histoire (2,8%). Me Handfield reconnaît le problème, mais observe que les divers acteurs manquent de «vision à long terme». Qu’ils soient favorables ou non à l’augmentation des seuils, les acteurs manqueraient de données pour trancher le débat, en particulier le nouveau gouvernement.

    «La décision de la CAQ fait un peu amateuriste. Comment peut-on arriver, à la suite des élections, à être foncièrement convaincu qu’il faut diminuer de façon aussi considérable l’immigration au Québec –on parlait de 10.000 personnes de moins– et d’en arriver à la conclusion contraire, quelques mois après, qu’il faut augmenter les seuils?», demande l’avocat.

    Maître Handfield observe aussi que le débat sur l’immigration est très «idéologique». Il souhaiterait qu’une entité indépendante soit chargée de fixer les seuils au Québec, ou du moins de réviser les décisions des partis. Comme dans certains pays d’Europe, l’immigration est devenue un sujet explosif dans la Belle Province. Toutes les formations politiques ont leur mot à dire sur cette question d’actualité.

    «Il faut arrêter de politiser l’immigration. […] En ce qui concerne les seuils, il faudrait nous demander quelle serait la meilleure personne pour nous faire des recommandations sur les besoins réels en matière d’immigration pour les besoins futurs au Québec. Je pense qu’il faut déléguer ce dossier-là au Vérificateur général [personne chargée de surveiller les dépenses gouvernementales, ndlr]. Peu importe les allégeances politiques, le Vérificateur ferait des recommandations en fonction des besoins réels», propose l’avocat.

    Selon plusieurs études, environ 20% des immigrés qui arrivent annuellement au Québec décident ensuite de quitter la province. Un problème auquel promet aussi de s’attaquer la Coalition Avenir Québec. Durant la dernière campagne électorale, le slogan «en prendre moins, mais en prendre soin» résumait bien la position du parti. Le Québec devrait améliorer son taux de rétention des immigrés:

    «Si nous allons chercher quelqu’un parce que nous avons besoin de pourvoir des postes dans son champ de compétence, nous investissons comme société dans notre immigration. C’est important que nous puissions garder chez nous les immigrants qui deviennent compétents. […] Si nous considérons que la personne sélectionnée est importante et venait combler un besoin, c’est important de nous assurer qu’elle va demeurer ici», a conclu Me Handfield.

    Lire aussi:

    La Russie évacue du Venezuela ses spécialistes qui entretenaient du matériel technique
    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une nouvelle tentative de coup d’État déjouée au Venezuela
    Tags:
    Coalition Avenir Québec (CAQ), Québec, nationalistes, immigration, François Legault, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik