Canada
URL courte
6316
S'abonner

Un garçon de 10 ans a été signalé comme étant un voyager à haut risque et a été interdit de prendre l’avion au Canada avec son père. L’origine de ce problème se trouve dans le fait qu’il a un homonyme figurant sur une liste de sécurité nationale. La famille appelle le gouvernement à trouver une solution, car il y a déjà eu des précédents.

Interdit d’embarquer car son nom figure sur la liste d’interdiction de vol du Canada, un garçon de 10 ans innocent n’a pas pu prendre l’avion avec son père, relatent les médias locaux.

Syed Adam Ahmed a le même nom qu’une autre personne figurant sur une liste de sécurité nationale. Il s’agit du deuxième signalement pour l’enfant qui a fait face à ce problème pour la première fois quand il avait six ans. Alors, le gouvernent avait promis de le résoudre mais, comme le déplore la mère du garçon, quatre ans plus tard cet épisode se répète.

«Notre fils de 10 ans a été signalé. De nouveau. Cela fait quatre ans que le problème de milliers d’enfants a été rendu public. On attend une rencontre avec le ministre mais cela ne nous rassure pas», a déploré le père d’Ahmed sur Twitter.

Le gouvernement a promis que la liste sera mise à jour fin 2020, tandis qu’auparavant les autorités avaient informé la famille d’Ahmed qu’elle serait révisée en juin de l'année prochaine, informe la presse.

Le nom du garçon se trouve sur la liste d'interdiction de vol du Canada de plusieurs compagnies aériennes.

Le nombre exact de noms figurant sur la liste des voyageurs à haut risque est inconnu mais il est estimé à 2.000, informe Radio-Canada.

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tags:
interdiction, vol, avion, Canada, garçon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook