Slobodan Despot, la liberté de penser qui décape

Comment tu t’appelles?
URL courte
Par
3191
S'abonner

L'homme est immense et son nom n'est pas un pseudonyme. Slobodan Despot n'a pas sa langue dans la poche quand il tempête contre tous les conformismes au micro de «Comment tu t'appelles». L'indépendance d'esprit, c'est le despotisme de Slobodan.

Écrivain-romancier publié chez Gallimard, citoyen serbe et suisse, Slobodan Despot est tour à tour traducteur, éditeur, photographe et journaliste.

 

Il assume volontiers son statut de terrien-humaniste et il invente sur la Toile, en contre-culture médiatique: «L'Antipresse», une lettre hebdomadaire décapante. Le but est de retrouver l'essence même de ce que devrait être la presse: indépendance de jugement, impartialité, ouverture sur le monde. Un invité de choix pour «Comment tu t'appelles», l'émission de portraits libres et décalés de Radio Sputnik.
Sa voix de basse fait vibrer notre micro quand il tonne contre le politiquement correct:

«Face à la pensée unique, il faut avoir une pensée unique, c'est-à-dire sa propre pensée, c'est ce que j'ai toujours essayé de faire… La langue est à mon avis pour un être humain un déterminant aussi important que sa famille.»

 

Lire aussi:

«Wallah tu vas plus rigoler»: une femme violemment agressée par un individu dans le métro de Paris – vidéo
Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Un astéroïde géant fonce vers la Terre, un chercheur indique quelles peuvent en être les conséquences
Tags:
L'Antipresse, Gallimard, Slobodan Despot, Yougoslavie, Serbie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik