Noëlle Châtelet, le droit de vivre… et de mourir

Comment tu t’appelles?
URL courte
Par
220
S'abonner

L’écrivaine philosophe et sociologue Noëlle Châtelet se livre à cœur ouvert et en toute humilité sur son histoire personnelle et son combat de militante pour le droit de vivre et donc de mourir dignement. Une émission chargée d’émotion.

Aujourd’hui, c’est Noëlle Châtelet qui nous fait l’honneur de sa présence au micro de «Comment tu t’appelles?» Cette grande penseuse, sociologue et écrivain nous livre une plongée sans concessions dans l’histoire aussi belle que tragique de sa mère et de sa décision de mener sa mort comme elle l’entend.

Spécialiste des questions liées à notre rapport au corps; qu’il soit physique ou social, Noëlle évoque avec beaucoup de tendresse, l’histoire de cette mère, sage-femme, militante pour le droit à l’IVG, annonçant à ses enfants le jour de son 92e anniversaire, sa décision de quitter ce monde dignement de la façon dont elle l’entend. Elle immortalisera les trois mois qui séparent la décision de cet ultime «acte de vie» dans un récit poignant «La dernière leçon». Elle discutera avec nous des obstacles qui se dressent contre la tenue d’un véritable débat public et apportera les clés d’une approche décomplexée de la mort que notre société occidentale nous a trop bien apprise à fuir.

«Je voulais partager avec d’autres, plein d’autres, tous les autres, que la mort effrayait, cette idée que oui, si on se parle, si on est préparé avec celui ou celle qui s’en va: cette paix on peut l’avoir et l’avoir pour toujours puisque je n’ai jamais pleuré ma mère depuis son départ.»

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Sanctions contre la Russie, le Venezuela et la Birmanie: «une erreur stratégique majeure commise par l’UE»
Tags:
dignité, Noëlle Châtelet, société, mortalité, morts, décès, vie, philosophie, sociologie, euthanasie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook