Ecoutez Radio Sputnik
    Culture

    GUY LALIBERTE FAIT PART DE SES IMPRESSIONS SPATIALES

    Culture
    URL courte
    0 0 0

    Le septième touriste de l’Espace, le fondateur du célèbre « Cirque

    Le septième touriste de l’Espace, le fondateur du célèbre « Cirque du Soleil » et du fonds « Une goutte » (One drop), Guy Laliberté a parlé, lors d’une conférence de presse à Moscou, de son expédition spatiale et de la mission unique, sociale et poétique. Notre correspondante Olga Denissova a assisté à la conférence de presse.
    Tout d’abord, j’aimerais remercier tous ceux qui ont soutenu mon idée et qui m’ont aidé à la réaliser, dit Guy Laliberté. La mission principale de mon expédition spatiale était de sensibiliser le public au problème du manque d’eau potable. Je suis sûr que nous avons réussi à le faire
    Je voudrais vous parler de mes sentiments. Participer à une expédition spatiale, c’est une décision sérieuse. Lorsque la préparation a commencé, je n’avais plus le temps de me poser des questions innombrables… Je comprends ceci : ce qui m’est arrivé est formidable. Je parle non seulement du vol, mais aussi de votre pays, de son longue histoire des découvertes spatiales, de mon entrainement, de mes contacts avec les personnes qui partageaient avec moi leurs connaissances et leur expérience. Que puis-je dire sur l’Espace ? Entre le départ et l’arrivée, il y avait toute une gamme de sentiments, d’émotions, j’ai dû m’adapter à l’Espace et à mes neuf compagnons – membres de l’équipage. Ils sont des gens excellents. J’ai beaucoup appris sur l’exploration et la conquête de l’espace, j’ai observé la Terre. J’étais sûr d’aimer notre planète avant l’avoir quittée, mais je dois avouer que ce sentiment a grandi depuis mon retour. Tu regardes le monde dans lequel tu vis de si loin, et tu le vois si beau… Pour moi, c’était un moment de grande émotion. Parfois, je me sentais tout petit, l’apesanteur me semblait être un espace ludique extraordinaire. Il a fallu 22 minutes 37 secondes pour revenir sur Terre. C’était une grave épreuve physique. On perd tout repère lorsque la fusée se dirige vers la Terre, et on ne peut pas revenir en arrière. J’aurais aimé rester dans l’espace plus longtemps – pas six mois, comme les spationautes professionnels, certes, car j’ai une famille, cinq enfants. J’ai mon « Cirque du Soleil », deux nouveaux programmes. Comme vous le savez, j’avais certains engagements. On peut faire plusieurs choses à la fois. Le « Cirque du Soleil » possède une longue histoire des projets sociaux, et cette fois, j’ai fait une intervention particulière, sociale et poétique. C’était le premier show multimédia transmis de l’espace sur Terre, que nous avons réalisé le 9 octobre en direct dans l’Internet. Les gens doivent se rendre compte de la situation avec l’eau, et nous avons tenté d’y arriver via des programmes artistiques. J’aimerais pouvoir montrer que dans 14 villes différentes, dans différents pays, les gens peuvent se réunir et travailler ensemble, aspirant à voir des changements positifs dans le monde. Mes collègues et moi, nous croyons que notre mission sociale est poétique a été accomplie.
    Je pense qu’en perspective, le tourisme spatial deviendra plus accessible. Cela change vraiment notre vision de la planète Terre. Nous espérons tout de même nous retrouver un jour dans le paradis. Mais lorsque l’on regarde la Terre depuis l’Espace, on comprend que le paradis, nous l’avons déjà. C’est que nous pouvons vivre notre vie humaine.
    Dans le cirque, nous faisons des choses très sérieuses, mais dans la vie quotidienne, je plaisante tout le temps, car l’humour est très important. Dans l’Espace, j’étais la risée de tous les membres de l’équipage. Ils se moquaient de ma façon de m’adapter. Si vous regardez les photos sur mon site, vous verrez que, malgré le sérieux de la situation, on se marrait bien. Nous nous amusions avec de l’eau, lançant l’un contre l’autre des gouttes, nous faisions les clowns. Le chef de l’équipage, Romane, nous faisait rire jusqu’aux larmes.

    A la question s’il voudrait garder son scaphandre ou un autre objet en guise de souvenir, Guy a répondu qu’il ramènerait au Canada des histoires extraordinaires, des sujets et des émotions. Il faut partager avec les autres cette expérience positive, trouve-t-il.

    Vous avez écouté le texte de notre correspondante Olga Denissova qui a participé à la conférence de presse de Guy Laliberté. Vous le trouverez sur le site www.ruvr.ru

    Lire aussi:

    Point gratuit: le fondateur du Cirque du Soleil devra payer pour son vol spatial de 2009
    «Nous devons savoir sortir vivants de n’importe quelle situation compliquée»
    Le monde au seuil d’une guerre spatiale?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik