Ecoutez Radio Sputnik
    La bande dessinée s’invite au festival de Moscou

    La bande dessinée s’invite au festival de Moscou

    Culture
    URL courte
    0 0 0

    Durant les deux semaines du festival de la bande dessinée « ComMission » qui se

    Durant les deux semaines du festival de la bande dessinée « ComMission » qui se déroule à Moscou du 28 avril au 14 mai, ses participants venus de dix pays créeront une multitude de bandes dessinées. Mais c’est la tolérance et la négation de la xénophobie qui seront surtout au menu de ce forum.

    La participation au festival était ouverte à tous : il suffisait d’envoyer ses travaux via Internet et se faire également évaluer on line par ses utilisateurs. « Pourtant, ce sont les travaux des maîtres de ce genre qui sont au foyer de l’attention »,  affirme la commissaire du festival Anastasia Galachina.

    « Dix pays participent cette année à notre festival. Je me dois de relever l’exposition haute en couleur des mastodontes français de la bande dessinée François Schuiten et Benoit Peeters. Mais on trouve à côté des expositions très intéressantes venues d’Italie, d’Argentine, d’Espagne, de Finlande, de Norvège, de Turquie et j’en passe... Nous lançons en outre cette année le projet social international « Respect » qui inclut les bandes dessinées dirigées contre la xénophobie et préconisant le respect des autres cultures », reprend  Anastasia Galachina.

    Le slogan informel de ce projet est : « Tu n’es pas obligé d’aimer ton voisin, commence tout simplement par le respecter ». Le projet durera cinq jours. Cinq jours où les artistes de différents pays mettront à profit leurs talents pour travailler sur leurs bandes dessinés puis  les présenter aux spectateurs. Les projets spéciaux lancés dans le cadre du festival feront connaître aux amateurs du genre les bandes dessinées expérimentales des étudiants de l’École supérieure britannique du design à l’exposition Person and Place, la nouvelle espagnole Blacksad primée aux festivals en Suisse et en France et l’exposition de la bande dessinée allemande.

    Il est vrai cependant que le terme même de bande dessinée n’est pas très prisé en Russie depuis l’époque soviétique. La bande dessinée était alors considérée comme un genre primitif qui n’était pas à la hauteur de l’homme nouveau. La tradition nationale russe des bandes dessinées se perd dans la nuit des temps. Les icônes relatant la vie des Saints et les chromos du début du XVIIème siècle peuvent parfaitement prétendre au titre des prédécesseurs de la bande dessinée moderne. Par exemple, les chromos se déclinaient en séries d’images accompagnées de légendes sur des sujets d’actualité. Ces images figuraient en bonne place tant dans les isbas des simples paysans que dans les palais des tsars, les monastères et les relais de poste. D’après certains témoignages, le Patriarche Nikon avait 270 chromos, le tsarévitch Pierre en avait une centaine et c’est d’après ces chromos que le futur Empereur apprenait à lire et à écrire. En son temps, le chromo qui vantait les exploits du Preux Ilya Mouromets mobilisait le peuple à la lutte contre l’ennemi... Plus tard, au début du XXème siècle, les célèbres avant-gardistes : le peintre Kazimir Malévitch et le poète Vladimir Maïakovski  ont fondé avec leurs compagnons d’idées l’association sous le nom de « Chromos modernes » spécialisée dans les affiches de propagande militaires. 3000 de ces affiches et posters signés Maïakovski sont entrés dans l’histoire mondiale de la bande dessinée en qualité d’un genre original d’art de propagande.

    « La bande dessinée reste toujours populaire en Russie », affirme Anastasia Galachina.

    Nos artistes viennent de tous les horizons et il y a parmi eux des jeunes enfants mais aussi des plus âgés puisqu’il n’y a pas de limite. Ce qui compte le plus dans une bande dessinée, c’est l’histoire passionnante qui se joint à l’image intéressante. Nous pensons que la bande dessinée est un genre artistique particulier.

    La bande dessinée en Russie a déjà donné naissance à toute une subculture avec ses clubs de fans, ses communautés d’Internautes, ses expositions et festivals. L’actuel festival international est, par exemple, accueilli par le site aussi prestigieux que le Centre des arts contemporains : le Vinzavod à Moscou.

    Lire aussi:

    Une bande dessinée sur Hitler-hipster voit le jour en Estonie
    Un manuel sur une défaite dans un conflit avec la Russie lancé pour l’armée US
    Fan de Poutine, Maradona «change de chaîne» quand il voit Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik