Ecoutez Radio Sputnik
    • Le cinéma des humanistes russes rapportera peu au box-office
    • Le cinéma des humanistes russes rapportera peu au box-office
    • Le cinéma des humanistes russes rapportera peu au box-office
    © KinoPoisk.Ru

    L’année qui s’achève a apporté au cinéma russe un grand succès international. Il s’agit plus particulièrement de trois films qui ont récolté une avalanche de récompenses aux plus prestigieux festivals du film du monde – depuis le Canada jusqu’à l’Afrique du Sud, en attirant l’attention des distributeurs étrangers.

    Cette avancée du cinéma russe repose sans doute sur de nombreux éléments. Il s'agit principalement de la reconnaissance d’une certaine tendance générale qui privilégie le contenu. C’est ce fait précisément qui rapproche les auteurs aussi différents que l’éminent maître Alexandre Sokourov, son collègue plus jeune mais tout aussi connu Andreï Zviaguintsev et la réalisatrice débutante Angelina Nikonova.

    Sokourov en tête de liste

    La palme revient incontestablement à Alexandre Sokourov. Son film «Faust», une adaptation du poème éponyme de Goethe a remporté une victoire assurée au festival de Venise. Le réalisateur s’est vu à juste titre se faire remettre «Le lion d’or», mais n’oublions pas que ce film est le fruit du travail d’une grande équipe internationale, composée principalement de comédiens allemands. Sokourov a tourné son film en langue de l'original, mais tout comme Goethe, ne s’est pas limité au volet national en donnant à son film une dimension universelle, mais à une différence près. C’est que dans son analyse de l’homme qui est prêt à avancer vers un objectif qu’il s’était fixé sans se limiter dans les moyens, le réalisateur russe refuse d’exagérer l’influence sur les pouvoirs ténébreux s'exercent sur la personnalité humaine, même s’il s’agit du mal incarné par Méphistophélès.

    «Tout se trouve à l’intérieure de l’homme et rien n’existe en dehors de lui», estime Alexandre Sokourov. «C’est l’homme qui assume la responsabilité pour tout, il est la source de tous les malheurs, le diable n’existe pas et tout se fait par les mains de l’homme. Les hommes doivent comprendre que la déchéance et la chute sont vraiment insondables et n’ont pas de limite».

    Zviaguintsev, le grand moralisateur

    C’est le problème qui préoccupe également Alexandre Zviaguintsev dans son film «Elena» qui a remporté le prix «Un certain regard» au festival de Cannes et quatre récompenses au festival du cinéma indépendant aux États-Unis et au festival international dans la ville sud-africaine de Durban. L’héroïne de Zviaguintsev est une femme plutôt âgée et apparemment d’une grande moralité et se décide soudain et sans scrupules d’assassiner son riche mari ans le seul but de soutenir matériellement la famille de son fils. «L’histoire d'Elena laisse apparaître et étale à grand jour les mutations que vit actuellement toute l’espèce humaine», estime le réalisateur. «Nous vivons tous ce qu’on peut appeler la mutation de l’espèce. En 20 dernières années, l’homme a changé à un point que commettre un acte pour le moins répréhensible ne révolte plus personne. Les idées de l’humanisme sont en train de se diluer et de s’user jusqu’à la trame», estime Andreï Zviagunitsev.

    Le paradoxe de Nikonova

    L’analyse d’Angelina Nikonova, scénariste et réalisatrice du film «Un portrait dans le crépuscule» est du moins aussi sombre. Le film raconte de manière assez crue l’histoire d’une jeune femme aisée qui se fait violer un jour et décide de se venger. Mais contre toute attente un roman se noue entre elle son violeur. «Je voulais surtout mettre en valeur la véracité de cette histoire», souligne Angelina Nikonova.

    Il fallait transposer à l’écran cette histoire vécue comme un documentaire. Le film est sans doute pénible à voir mais il n’y a aucune scène de meurtre et la peine qu’on éprouve est plutôt de nature émotionnelle. Il y est question de la transformation qui tue l’âme humaine et s’appelle l’indifférence. La précision de ce diagnostic décevant fait à l’homme contemporain est confirmée par 10 récompenses internationales attribuées au film d’Angelina Nikonova aux festivals en Suède, Islande, Allemagne, Grèce, Pologne et France!

    Deux films primés sont déjà dans les salles en Russie en cette fin d’année. Le film «Faust» sortira à l’écran en janvier. Toutefois les producteurs se demandent si les spectateurs seraient intéressés de voir ces films qui incitent surtout à méditer sur l’érosion de l’humanisme dans la société contemporaine.

    Lire aussi:

    Le long-métrage russe «Faute d'amour» sacré meilleur film étranger aux César
    «Faute d’amour» et d’autres nouveaux films russes à découvrir absolument
    Festival de Cannes: le nouveau Zviaguintsev et tout ce qu'il ne faudra pas rater
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Plus de photos

    • Агитационная кампания лидера Интернет-партии Украины Дарта Вейдера
      Dernière mise à jour: 10:32 21.07.2018
      10:32 21.07.2018

      Et les meilleurs méchants dans l’histoire du cinéma sont…

      L’histoire du cinéma est pleine de personnages mémorables. Afin de choisir les meilleurs méchants de l’industrie du cinéma, le magazine US Hollywood Reporter a interviewé plus d'un millier de personnes de tous les âges.

    • La cité antique de Palmyre
      Dernière mise à jour: 17:09 09.07.2018
      17:09 09.07.2018

      Damas commence à restaurer des sculptures de Palmyre sans l’aide de l’Unesco

      Les travaux de restauration de sculptures de Palmyre ont débuté au Musée national de Damas, dont les spécialistes ont bénéficié des conseils d’experts russes, alors que les pays occidentaux et l’Unesco n’ont pas encore tenu leurs promesses de participer à la renaissance de cette ville antique.

    • Le pont de Crimée en chantier dans le détroit de Kertch
      Dernière mise à jour: 16:15 09.07.2018
      16:15 09.07.2018

      Découverte inouïe d'archéologues russes près du pont de Crimée

      Des restes de harpes et de lyres de la Grèce antique ont été retrouvés par une équipe d'archéologues russes travaillant non loin du pont reliant la péninsule de Taman à celle de Crimée.

    • Comment le kokochnik est devenu l'emblème de la Coupe du Monde 2018
      Dernière mise à jour: 15:56 09.07.2018
      15:56 09.07.2018

      Comment le kokochnik est devenu l'emblème de la Coupe du Monde 2018

      Avant l'arrivée au pouvoir de Pierre le Grand, le costume des nobles – les boyards – se distinguait significativement de ceux du peuple. Le coût des tissus, les accessoires, la quantité même de vêtements – tout témoignait du statut, de la richesse du propriétaire. Les étoffes de ces costumes venaient de Gênes, de Venise, d'Iran ou de Turquie.