Ecoutez Radio Sputnik
    Un festival de construction navale à Kizhi

    Un festival de construction navale à Kizhi

    © Photo : http://kizhi.karelia.ru/
    Culture
    URL courte
    0 0 0 0

    Qui est allé, ne serait-ce qu’une fois, en Carélie ne peut pas ne pas avoir visité l’enclos paroissial de Kizhi. C’est un ensemble architectural se trouvant sur l’île de Kizhi dans le lac Onega. Le bâtiment le plus important est une grande et superbe église, qu’un maître a érigée en bois sans aucun clou il y a 300 ans. Comme le veut la légende, une fois le travail fini, il aurait jeté une hache dans le lac et aurait déclaré que plus personne ne pourrait construire quelque chose de semblable. Au milieu du siècle dernier, de nombreuses autres constructions en bois anciennes ont été transportées à Kizhi. Aujourd’hui, cet ensemble fait partie de la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

    Si vous y allez en août, vous pourrez être le témoin, voir même participer, à un évènement passionnant. Tous les ans, le premier week-end d’août, a lieu le Festival de construction navale nationale et de canotage traditionnel : la Régate de Kizhi. C’est la quinzième édition déjà cette année. Dmitri Diougaï, l’attaché de presse du festival, a parlé du programme à La Voix de la Russie.

    « Le principal évènement, qui a toujours ouvert le festival, c’est la course de bateaux kizhanka. La kizhanka est un bateau spécial. Elle est fabriquée à partir de planches de pin et a un nez relevé. Son fond est comme celui des yachts. C’est pour cela qu’elle est très stable. Elle est bien meilleure que les bateaux actuels sur de nombreux points. Il n’y a pas que les habitants de Carélie qui participent à la course. Il y a aussi un bateau de chasseurs de baleine tchouktches, cousu à partir de peau de morse, une yole française, un kayak en écorce de boulot, une copie d’un ancien bateau du nord de la Norvège. Le bateau tchouktche a passé l’hiver chez nous, à Kizhi. Les jeunes baleiniers tchouktches ont gagné les dernières courses !

    Cela en étonne quelques-uns que de nombreuses femmes caréliennes participent à la course. Il faut savoir que, en Carélie, depuis les temps anciens, ce sont surtout les femmes qui utilisent les bateaux. Sur l’île, le sol est très fertile. C’est pourquoi nous cultivons depuis longtemps du seigle, denrée alimentaire principale des Nordiques. C’étaient les hommes qui travaillaient la terre. Les femmes s’occupaient des travaux domestiques et nourrissaient le bétail. Les pâturages se situaient sur les autres îles, et chaque matin il fallait y emmener les vaches en chaloupe, et les ramener le soir dans le village à Kizhi. C’étaient les femmes qui s’en chargeaient ! »

    La course se déroule sur une distance d’un mille marin, ce qui fait un peu moins de deux kilomètres. Étant donné que la Régate de Kizhi a été créée au début pour soutenir la construction navale nationale, son programme comprend un concours de maîtres-bateliers. Le vainqueur reçoit le Prix du président de Carélie.

    Il y a toujours beaucoup de « supporters » qui se rendent à la Régate de Kizhi. Des concours de nœuds marins ou de filets de pêche, par exemple, sont toujours organisés pour eux. Il y a également des master classes d’artisanat ancien et les visiteurs peuvent apprendre dans danses d’époque. Cette année, le festival accueille une exposition d’uniformes marins russes du XVIIIe siècle. Un ensemble de musique traditionnelle viendra divertir le public. Ils joueront sur d’anciens instruments caréliens. Et il est toujours possible de goûter les plats traditionnels de Carélie.

    Lire aussi:

    Les gardes-côtes saoudiens ouvrent le feu contre des bateaux iraniens, un mort
    L’empereur russe Pierre le Grand «reprend vie» à Bruxelles
    Migrants: Génération identitaire s’explique sur l’affaire des bateaux
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik