Ecoutez Radio Sputnik
    Défense

    Les radars ukrainiens cessent de desservir la Russie (Troupes spatiales)

    Défense
    URL courte
    0 0 0

    Le ministère ukrainien de la Défense s'abstient de commenter l'arrêt de la desserte de la Russie par les radars anti-missiles de Sébastopol (Crimée) et Moukatchevo (Carpates, prévu pour le 26 février, après la dénonciation en 2008, par Moscou, d'un accord spécial russo-ukrainien.

    KIEV, 26 février - RIA Novosti. Le ministère ukrainien de la Défense s'abstient de commenter l'arrêt de la desserte de la Russie par les radars anti-missiles de Sébastopol (Crimée) et Moukatchevo (Carpates, prévu pour le 26 février, après la dénonciation en 2008, par Moscou, d'un accord spécial russo-ukrainien.

    "Nous savions que nous devions cesser (de desservir la Russie), mais nous n'avons pas d'informations", a expliqué un porte-parole du ministère.

    Un représentant des Troupes spatiales russes a confirmé que la Russie ne recevait plus, à partir d'aujourd'hui, d'informations provenant de ces radars.

    En février 2008, la Russie a dénoncé l'accord de 1997 sur les systèmes de pré-alerte, arguant de leurs ressources techniques très limitées et périmées.

    Les radars de Sébastopol et de Moukatchevo, datant de l'époque de l'URSS, sont propriété de l'Ukraine, en mesure de contrôler dans un rayon de 1.600 km l'espace spatial au-dessus de l'Europe centrale et du Sud, ainsi que de la Méditerranée. Les informations de ces radars parvenaient, en vertu de l'accord, au Poste de commandement central du Système de pré-alerte des Troupes spatiales russes.

    Kiev n'avait pas exclu que ces radars puissent être utilisés dans l'intérêt des pays européens.

    Lire aussi:

    Aucun missile ne lui échappe: ce que l'on sait du nouveau radar mobile russe
    Russie: plus de 60 tirs de missiles détectés en 2017
    La Chine lance des essais de son radar omnivoyant
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik