Défense

Russie-France: les négociations sur le porte-hélicoptère touchent à leur fin (source)

Défense
URL courte
0 0 0
S'abonner

Les consultations techniques franco-russes sur l'achat d'un porte-hélicoptère français de classe Mistral doivent s'achever fin septembre, a annoncé mardi à RIA Novosti une source proche des négociations.

MOSCOU, 15 septembre - RIA Novosti. Les consultations techniques franco-russes sur l'achat d'un porte-hélicoptère français de classe Mistral doivent s'achever fin septembre, a annoncé mardi à RIA Novosti une source proche des négociations.

"Des consultations techniques sont actuellement en cours, elles doivent s'achever fin septembre. Ensuite les experts russes soumettront leur rapport aux chefs de la commission militaire et technique. Ce rapport permettra de juger du bien-fondé de l'achat du porte-hélicoptère", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Il a également annoncé qu'un groupe d'officiers de l'état-major de la Marine russe s'était déjà rendu à Toulon pour examiner le bâtiment. "Les officiers ont visité le navire, ils ont pu se familiariser avec les performances techniques du navire", a ajouté la source, avant de souligner qu'aucune décision d'achat n'avait pas été prise.

Le ministère français de la Défense a officiellement confirmé début septembre l'intérêt de la partie russe en vue de l'achat d'un porte-hélicoptère de ce type.

Long de près de 200 mètres, le porte-hélicoptère Mistral est capable d'embarquer 16 hélicoptères, quatre embarcations de débarquement ou deux barges à coussin d'air, ainsi que 450 de fusiliers marins.

Actuellement, la France est dotée de deux navires de cette classe, dont le Mistral et le Tonnerre, qui coûtent, selon les médias occidentaux, 600 millions d'euros.

 

Lire aussi:

Un golden retriever joue avec des poussins qui le prennent pour leur mère – vidéo
Une attaque menée par 250 radicaux repoussée par l'armée syrienne à Idlib
Le groupe qui a tagué la fresque en mémoire d’Adama Traoré explique son acte – vidéo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook