Défense

Mistral: les navires seraient livrés à la Russie sans armements (Paris)

Défense
URL courte
La Russie achète un BPC Mistral (316)
0 0 0
S'abonner

Les porte-hélicoptères français de type Mistral seront livrés sans armements en cas de vente à la Russie, a déclaré le ministère français de la Défense réaffirmant ainsi la position du président Sarkozy à ce sujet.

Les porte-hélicoptères français de type Mistral seront livrés sans armements en cas de vente à la Russie, a déclaré jeudi à Paris le ministère français de la Défense réaffirmant ainsi la position du président Sarkozy à ce sujet.

"Le président (Nicolas Sarkozy) a exprimé en public devant son homologue russe ce qu'était le champ ouvert à la négociation", a indiqué le porte-parole du ministère de la Défense Laurent Teisseire devant les journalistes.

Le 1er mars dernier, le président français Nicolas Sarkozy avait déclaré que les porte-hélicoptères destinés à la Russie seraient livrés sans équipements militaires, lors d'une rencontre avec son homologue russe Dmitri Medvedev à Paris.

Le chef d'État-Major général des forces armées russes Nikolaï Makarov a déclaré jeudi au quotidien Rossiskaïa Gazeta que si la Russie décidait finalement d'acheter le porte-hélicoptères Mistral en France, les navires seraient "entièrement doté de ses systèmes de commandement, de navigation et d'armements" à l'exception des hélicoptères.

Long d'environ 200 m, le bâtiment de protection et de commandement de type Mistral est capable de porter six hélicoptères, quatre vedettes de débarquement ou deux navires sur coussin d'air de faible tonnage, ainsi qu'un commando de 450 hommes.

Dossier:
La Russie achète un BPC Mistral (316)

Lire aussi:

Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Adopté par un couple russe, ce puma mène une vie de chat domestique – photos
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik