Ecoutez Radio Sputnik
    Aero India 2013 : les perspectives de coopération

    Aero India 2013 : les perspectives de coopération

    Photo : EPA
    Défense
    URL courte
    0 110

    Le salon de l’aviation Aero India 2013 qui vient d’ouvrir ses portes sur la base militaire aérienne de Bangalore en Inde suscite beaucoup d’intérêt auprès des producteurs russes, ainsi que des fournisseurs d’armes et du matériel militaire. Compte tenu de la croissance des dépenses militaires des pays de la région Asie-Pacifique, le rôle de ce genre de forums de l’armement va augmenter au cours des prochaines années.

    Les marchés asiatiques sont traditionnellement considérés comme clients fidèles par les producteurs russes. L’Inde, la Chine et les pays de l’Asie de Sud-est assurent une grande partie de la demande pour les armes russes pendant la période post-soviétique, et cela devient évident que le processus du réarmement dans ces pays va continuer. L’Inde occupe une place privilégiée parmi les partenaires asiatiques de la Russie. La coopération avec ce pays continue depuis les années 1960. Cependant, il ne faut pas s’attendre à un nombre de commandes miracles au salon Aero India 2013, car les perspectives de ce marché pour la Russie sont associées avec la mise en œuvre de nouvelles technologies de l’armement dans les années à venir.

    Diaporama : À l’exposition Aero India 2013

    La Russie et l’Inde continuent actuellement leur coopération militaire, prévue par des contrats qui sont déjà signés, notamment le contrat sur la livraison en Inde de 42 kits d'assemblage des chasseurs Su-30MKI, conclu en décembre dernier. L’Inde a commandé en tout 250 avions Su-30MKI, dont 150 ont déjà été livrés par la Russie. La coopération dans le domaine de la livraison des hélicoptères va également se poursuivre. Les hélicoptères Mi-17 testés par le côté indien seront livrés à son armée de l’air, et un autre contrat pour la livraison de ces appareils au ministère indien de l’Intérieur est également prévu. Dans d’autres domaines de l’armement, on peut citer des projets de coopération active dans le domaine de la Marine, de la réparation des sous-marins construits en Russie dans les années 1990 pour la marine indienne, et la livraison du porte-avions Vikramaditya prévue cette année.

    La collaboration entre la Russie et l’Inde pour la construction du chasseur de cinquième génération T-50/FGFA dans les années 2020 est également un projet intéressant. D’ici une dizaine d’années, la force aérienne de l’Inde devrait recevoir 200 à 250 aéronefs de ce type. Le coût de ce programme du côté indien, compte tenu de l’entretien technique des appareils et de la livraison de l’équipement et de l’armement pourrait dépasser 40 milliards de dollars.

    Des espoirs dans le domaine de la lutte antiaérienne

    La lutte antiaérienne de l’Inde reste « une chose en soi ». Dans ce domaine, les Indiens misent sur leurs propres élaborations techniques et le partenariat avec Israël. Toutefois la Russie veut tenter sa chance au prochain appel d'offres, proposant à l’Inde une version d’exportation du système S-300V4 - l'un des meilleurs parmi les systèmes actuels de la défense antimissile, qui est capable d’intercepter les missiles de courte portée.

    Difficile de dire si la Russie a des chances de remporter cet appel d’offre, car l’Inde a l’habitude d’étendre sa durée sur une dizaine d’années.

    Des projets développés conjointement

    A l’instar des autres pays en développement, le gouvernement indien se dit de plus en plus intéressé par des projets conjoints de développement de l’armement, plutôt que par la livraison des produits d’armement finis. Aujourd'hui, parmi les projets russo-indiens, outre la construction du chasseur T-50, on peut également citer la construction du missile BrahMos et du missile hypersonique BrahMos-2, ainsi que de l'avion de transport multifonctionnel MTS/MTA. Ces projets ont également une période de mise en œuvre relativement longue et risquent de coûter cher.

    Diaporama : L’exposition internationale d’aérospatiale Aero India 2013 à Bangalore

    La coopération russo-indienne d'aujourd'hui – c’est l’un des rares moyens pour ce pays asiatique d’accéder aux technologies militaires modernes par le biais de la coopération, en évitant les limitations sérieuses imposées par l'Union européenne et les Etats-Unis. Pour la Russie – c’est un moyen de gagner de l'argent grâce aux exportations des produits de haute technologie, et sans préjudice en terme des droits intellectuels, comme c’est le cas lors de la coopération avec la Chine.

    Diaporama : Aero India 2013 : la conférence de presse de la délégation russe

    Lire aussi:

    Idiotie géopolitique ou la guerre inutile entre l'Inde et la Chine
    Moscou et New Delhi comptent signer un contrat sur les S-400
    La Russie et l’Inde pourraient lancer un projet gazier d’envergure
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik