Ecoutez Radio Sputnik
    Que cachent les tunnels de l’armée chinoise ?

    Que cachent les tunnels de l’armée chinoise ?

    Photo : EPA
    Défense
    URL courte
    0 390 0 0

    Avec la croissance de la puissance militaire chinoise, les experts s’intéressent de plus en plus au réseau d’installations militaires souterraines en RPC. Ainsi, dans un récent article publié sur le site Strategy Page, il est mentionné que la Chine possède 40 bases aériennes équipées d’abris souterrains avec une capacité totale allant jusqu’à 1500 avions. Du point de vue quantitatif et de l'étendue de ces installations, la Chine bat probablement les records mondiaux.

    Les forces armées de nombreux autres pays, notamment la Russie, n’ont pas suffisamment d’abris en béton ordinaire, même ceux qui construits à même le sol. Un abri souterrain taillé dans une montagne est beaucoup plus efficace qu'un abri en béton, qui peut être démoli lors d'un bombardement. Certaines bombes modernes conçues pour détruire des bunkers peuvent détruire des abris qui se trouvent à quelques dizaines de mètres de profondeur, sauf si ceux-ci se trouvent dans les montagnes.

    De vastes abris souterrains très coûteux ont été construits sur la nouvelle base pour les sous-marins nucléaires chinois sur l'île de Hainan. Les abris souterrains sont activement utilisés par les forces pour les missiles stratégiques chinois - une deuxième artillerie. Au cours de ces dernières années, cette information a provoqué des spéculations dans les médias du monde entier sur la taille réelle de l'arsenal nucléaire de la Chine. Ce dernier pourrait être beaucoup plus grand qu'estimé, et pourrait être aussi important que le nombre d'ogives en Russie et aux Etats-Unis. Ces théories n'ont trouvé aucune confirmation et ont été critiquées. Toutefois, le Pentagone a jugé nécessaire d'inclure un point sur les systèmes chinois souterrains dans son rapport annuel sur la puissance militaire chinoise.

    Historiquement, la construction de nombreuses installations souterraines est une réaction naturelle de la Chine par rapport à l'équilibre des forces en Asie. Il n’y a pas si longtemps, la nouvelle Chine souffrait d'un manque chronique de ressources financières, d'équipements modernes et de personnel qualifié, et avait pour seul avantage l’abondance de main-d'œuvre peu qualifiée. Dans ces conditions, construire de nombreux bunkers, où pourraient être placés des systèmes et des stocks d'armes coûteux, sans s’inquiéter de l’ampleur du travail, a été une initiative intelligente. Selon les estimations américaines, cette construction de bunkers en Chine a reçu un nouvel élan suite à la guerre du Golfe en 1991. Cette guerre a montré clairement les avantages de l'Occident dans la guerre aérienne. Après cette guerre, la Chine a progressivement augmenté la construction de bunkers techniquement plus sophistiqués pour assurer la sécurité de ses troupes, de ses principales forces économiques, et du gouvernement.

    A en juger par les publications chinoises publiques, actuellement, la majorité des réserves stratégiques d'armement et des moyens techniques se trouvent sous terre. Des centres de communication et des centres de commandement, ainsi que des unités de fabrication particulièrement importantes sont également installés sous terre. Le gouvernement chinois veille à ce que la population des villes puisse avoir accès aux abris souterrains en cas d’attaque aérienne. Des équipements spéciaux (filtres d’air, portes en métal et sas) sont également construits dans les étages inférieurs des parkings des grands bâtiments de bureaux et des maisons d’habitation.

    Apparemment, le nombre total des structures souterraines qui ont été construites au cours des dernières années serait excessif. Certaines d'entre elles sont désormais vides ou sont dévolues aux excursions. Toutefois, ce genre de constructions est un bon investissement en cas de guerre, ou de catastrophe naturelle ou technologique. Les installations souterraines sont environ 1,5 fois plus résistantes aux tremblements de terre que les constructions à la surface de la Terre.   N

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik