Ecoutez Radio Sputnik
    Les livraisons d'armes russes au Vietnam et les intérêts de la Chine

    Les livraisons d'armes russes au Vietnam et les intérêts de la Chine

    © Collage : La Voix de la Russie
    Défense
    URL courte
    0 49410

    Le réarmement des forces armées vietnamiennes avec l’aide active de la Russie, suscite l’intérêt non seulement des pays occidentaux, mais aussi des pays voisins du Vietnam. La Chine est notamment inquiète face à ce processus et a exprimé sa préoccupation à la Russie lors des discussions bilatérales entre les deux pays. Toutefois il s’agit de mesures indispensables pour le Vietnam, qui désire moderniser ses forces armées et les aligner sur les nouvelles technologies.

    Selon les experts militaires chinois, le réarmement du Vietnam et le fait qu’il se dote de sous-marins diesel-électriques modernes représentent une menace à la sécurité nationale de la RPC.

    Le Vietnam est devenu l’un des partenaires principaux de la Russie dans le domaine de la coopération militaro-technique. Avec l'aide des sociétés russes du complexe militaro-industriel, ce pays asiatique va pouvoir créer une nouvelle flotte sous-marine équipée de six sous-marins du projet 636. Le Vietnam recevra également des chasseurs russes Su-30MK2, des navires lance-missiles, des frégates, des missiles antinavires divers, et des systèmes de défense aérienne. En outre, la Russie collaborera avec le Vietnam dans le domaine de la maintenance de cet armement, assurant également la formation des officiers de l’armée du pays dans des domaines techniques divers.

    Il ne faut toutefois pas exagérer les succès de la modernisation de la défense du Vietnam. Mais il était aussi naïf de penser que ce grand pays de l’Asie du Sud-est avec son économie en pleine croissance se contenterait toujours de l’arsenal hérité de l’URSS.

    En même temps, la RPC met en exploitation de nouveaux sous-marins nucléaires, lance la fabrication de plusieurs dizaines de chasseurs de quatrième génération, et a mis au point la construction des destroyers, équipés d’un système similaire à l’AEGIS américain. Les succès du complexe militaro-industriel font pâle figure à coté des développements chinois de ces dernières années. Peu importe les armes que la Russie serait prête à proposer au Vietnam, ce pays ne possède pas les moyens financiers nécessaires pour renouveler entièrement ses forces armées, et les maintenir en état d’alerte pour lancer un défi à l’armée chinoise. Actuellement, le Vietnam essaie seulement de satisfaire les besoins fondamentaux de sa défense nationale.

    En dépit des tensions et des différends territoriaux, les relations entre la Chine et le Vietnam diffèrent sensiblement des pays qui sont des proches alliés des Etats-Unis, comme le Japon ou les Philippines. La Chine attache une importance stratégique au développement des relations avec le Vietnam, prévoyant d’impliquer ce pays dans la collaboration économique à grande échelle en Asie. Les litiges territoriaux non résolus et les sentiments nationalistes des deux côtés risquent de provoquer des crises au niveau régional. Mais les gouvernements des deux pays font tout pour apaiser ce genre de conflits avant qu’ils ne portent préjudice aux relations entre les deux pays.

    Si la Russie avait refusé de fournir ses armes au Vietnam, le gouvernement vietnamien aurait pu se retrouver confronté à la menace d’affaiblissement de ses forces armées, avec pour conséquence le déséquilibre des forces dans la région. La vulnérabilité du Vietnam aurait alors pu le forcer à chercher une alternative en la personne des USA et de leurs alliés. A la différence de la Russie, les Etats-Unis associent systématiquement les programmes de coopération militaro-technique à des conditions politiques. Le rapprochement militaire entre le Vietnam et les Etats-Unis qui prenait de l’ampleur récemment, aurait pu aboutir à une collaboration à part entière. Ce pays d’Asie de Sud-est aurait alors pu recevoir de la part des Etats-Unis la même quantité d’armement que celle qu’il reçoit actuellement de la Russie. Mais cela aurait changé l’équilibre des forces dans la région, car le Vietnam serait alors automatiquement devenu un allié des Etats-Unis. Le refus de la Russie de fournir des armes au Vietnam aurait alors eu également des conséquences négatives sur la sécurité extérieure de la République populaire de Chine. T

     

    Lire aussi:

    National Interest: les USA préparent un «cadeau» à la Chine en 2018
    Au moins 60 morts dans des glissements de terrain au Vietnam
    En pleine tension dans la région, les USA enverront leur porte-avions au Vietnam
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik