Ecoutez Radio Sputnik
    Un robot de combat équipera le système de missile russe « Kornet »

    Un robot de combat équipera le système de missile russe « Kornet »

    © Photo : aviasalon.com
    Défense
    URL courte
    0 00

    Dans un avenir proche, les forces armées russes seront dotées d’un robot de combat. Celui-ci équipera le véhicule blindé « Tigre », mettant en œuvre le système de missile anti-char « Kornet ».

    L’un des buts principaux de la robotique de combat est de minimiser les risques physiques encourus par les militaires en opérations. La solution consiste à ce que le véhicule se déplace de façon autonome ou bien qu’il soit dirigé à distance, explique Victor Mourakhovski, rédacteur en chef de la revue L’Arsenal de la Patrie :

    « Premièrement, face à une opposition forte, la vie de nos soldats est préservée. Deuxièmement, la précision du guidage des missiles anti-char est améliorée. D’expérience, on sait que sous le feu de l’ennemi, la performance de l’opérateur-tireur est bien moindre qu’à l’entraînement. En fonction du niveau de qualification, la précision du guidage peut baisser de 2 à 5 fois. »

    Il est clair que si l’opérateur ne se trouve pas personnellement dans le véhicule de combat mais le dirige à distance, ou si le véhicule opère selon un programme donné, la probabilité que la cible désignée soit atteinte augmente. Par ailleurs, la décision d’ouvrir le feu reste du ressort d’une personne et non du robot. Le problème principal que pose la mise au point de systèmes robotisés est celui d’assurer le déplacement du véhicule, que ce soit à distance ou de façon autonome. Nulle part encore dans le monde il n’a été résolu. Les Américains ont conduit des expérimentations : chez eux, le véhicule militaire se déplace suivant un itinéraire prévu par avance qui évite les obstacles. Ce véhicule doit fournir des munitions et du carburant sur le front.

    Il se trouve que les Soviétiques ont été les pionniers dans le domaine des systèmes robotisés. Jusqu’aux années 80, ce travail a porté sur les chars. Mais le robot militaire peut équiper n’importe quel véhicule. L’objet principal des recherches est de développer et de tester toutes les technologies relatives à la transmission d’informations et des signaux de commande, et à la réception d’informations en retour. Des spécialistes travaillent à présent sur ce sujet. Le système « Kornet » peut aussi bien frapper des cibles terrestres qu’aériennes. Il n’existe rien de tel dans le monde. Le missile anti-char a une portée de tir maximale de 8 km et peut percer un blindage d’une épaisseur de plus d’un mètre. Cela permet au « Kornet » de détruire les chars modernes ou en projet, même si leur niveau de protection est accru.

    La Russie dispose déjà de plateformes robotiques de petite, moyenne et grande taille. Cela ouvre de grandes possibilités pour la mise au point de systèmes robotisés, dont on sait qu’ils peuvent trouver un intérêt pour presque tous les types d’armements. Récemment les forces armées russes ont reçu les premiers exemplaires de série du système « Platform-M » monté sur un châssis à chenilles. Il est armé de 4 lance-grenades et d’une mitrailleuse Kalachnikov. Le système peut être utilisé pour la reconnaissance, la destruction de cibles fixes ou mobiles, et l’appui-feu des troupes. /N

    Lire aussi:

    L’«invisible» char T-14 Armata russe impressionne les médias UK
    Ces armes russes dernier cri testées contre Daech en Syrie
    «L'Attaque des clones» est-elle inévitable?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik