Ecoutez Radio Sputnik
    Donbass: risque de déstabilisation de la situation par le Secteur droit (insurgés)

    Donbass: risque de déstabilisation de la situation par le Secteur droit (insurgés)

    © Photo: RIA Novosti/Alexandr Maksimenko. Archives
    Défense
    URL courte
    0 10

    Les radicaux du groupe ultranationaliste ukrainien Secteur droit pourraient déstabiliser la situation dans le Donbass, estime un représentant de l'état-major de la République populaire de Donetsk (DNR).

    Un conseiller du président ukrainien, Iouri Birioukov, a annoncé mardi que les membres du Secteur droit avaient refusé de servir sous contrat dans les forces armées ukrainiennes.

    "La déclaration du Secteur droit selon laquelle ce dernier refuse de se soumettre au ministère de la Défense atteste que ce groupe radical est prêt à faire la guerre. Je tiens à souligner que le Secteur droit est en mesure de déstabiliser la situation sur la ligne de front et d'organiser des provocations, notamment en bombardant des quartiers résidentiels", a déclaré le représentant de l'état-major cité par l'agence d'information de Donetsk.

    Selon l'interlocuteur de l'agence, ces bombardements ne tarderont pas à contraindre les insurgés à ouvrir le feu en réponse.

    "Ces tirs seront immédiatement filmés pour être présentés à la télévision ukrainienne", a indiqué le responsable de Donetsk, précisant qu'il s'agissait d'une pratique courante à Kiev.

    "Cette vidéo sera par la suite utilisée pour accuser les insurgés de violation des accords de Minsk", a affirmé le représentant des forces indépendantistes.

    Il est persuadé que Kiev aurait pu désarmer le Secteur droit depuis longtemps, mais qu'il "n'a aucun intérêt à le faire".

     

    RIA Novosti

    Lire aussi:

    Kiev renoncerait à récupérer Donetsk et Lougansk par la force
    Tirs aux mortiers entre des unités des forces armées ukrainiennes dans le Donbass
    Selon Pence, les accords de Minsk sont le meilleur moyen d’atteindre la paix en Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik