12:33 09 2019
      Chasseur polyvalent Su-35

      Cinq armements russes que les États-Unis redoutent (magazine)

      © Sputnik . Artem Zhitenev
      Défense
      979

      Le chasseur Su-35, le sous-marin à diesel Amour, le char T-90 et d’autres armements conventionnels que la Russie exporte déjà ou se prépare à exporter, surpassent considérablement les analogues américains du point de vue de leurs caractéristiques techniques, écrit le magazine bimensuel National Interest.

      La Russie développe son matériel de guerre sur fond des relations tendues avec l’Occident, et les États-Unis ne devraient pas sous-estimer plusieurs armements conventionnels puissants qui équipent l’armée russe et pourraient être vendus à d’autres États, indique le journaliste Dave Madjumdar, expert en armements, dans un article publié dans magazine bimensuel National Interest.

      Il énumère notamment cinq armements meurtriers qui devraient préoccuper particulièrement les États-Unis.

      La première place revient au chasseur polyvalent Su-35 ou (Flanker-E+ selon la classification de l’OTAN) produit par l’avionneur Sukhoï. C’est une version modernisée du Su-27 soviétique. L’avion a une vitesse et un plafond très élevés et emporte une quantité prodigieuse d’armements. Son avionique très perfectionnée fait de lui un adversaire redoutable des chasseurs américains, souligne le magazine.

      Les avions militaires russes en images
      © Sputnik . Grigory Syssoev

       

      Vient ensuite le sous-marin à propulsion électrique « Amour ». Si les  sous-marins conventionnels cèdent à leurs analogues nucléaires du point de vue de l’autonomie de navigation, ils ont l’avantage d’être très silencieux et sont de ce fait particulièrement dangereux pour les bâtiments de surface.

      Le char T-90 occupe la 3e position sur la liste. Il possède de bonnes caractéristiques techniques mais est en revanche beaucoup moins coûteux que les analogues occidentaux comme le Léopard2 ou le M1M2 « Abrams ». Le char combine un équipement  de pointage, de surveillance, de liaison et de navigation perfectionné avec un système de protection efficace.

      Le véhicule d'appui feu Terminator
      © Sputnik . Sergei Mamontov

       

      Le missile anti-navires P-800 « Onyx », qui a servi de prototype pour la batterie russo-indienne Bramos, occupe la 4e position. Le missile était initialement conçu pour la destruction d’objectifs de surface mais peut également être utilisé au sol et son rayon d’action est le cas échéant multiplié de plusieurs fois. Dans sa version antinavires, le missile possède un rayon d’action de 300 km, laissant loin derrière son analogue américain « Harpoon », précise l’article.

      La liste se termine avec la torpille à propulsion à vapeur 53-65 datant de l’époque soviétique. Elle est particulièrement dangereuse pour les bâtiments américains qui ne possèdent pour le moment aucun moyen de protection.

      Comme le fait remarquer l’auteur, la Russie exporte avec succès ces armements et le nombre de ses clients ne cesse d’augmenter. Aussi, l’Inde a l’intention d’acheter deux sous-marins Amour et a en dotation la batterie Brahmos.  La Chine souhaite pour sa part acheter plusieurs Su-35 après avoir acquis un lot de torpilles « 53-65 ». Par ailleurs, de nombreux  pays ont d’ores et déjà acquis des chars T-90.

      Un chien se lance dans une bataille mortelle contre des loups pour sauver son ami – vidéo choc
      Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
      Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
      Erdogan interpelle Macron sur l'islamophobie et le mouvement des Gilets jaunes