Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats des forces armées des États-Unis

    National Interest: l'armée US n'est pas aussi puissante qu'elle le prétend

    © AP Photo / Mindaugas Kulbis
    Défense
    URL courte
    114010
    S'abonner

    Selon la revue, les Etats-Unis ne disposent que d'une puissance militaire "marginale" pour protéger leurs intérêts vitaux contre les menaces actuelles.

    En dépit de la parution régulière de rapports sur l'état de la défense nationale américaine, il n'existe pas d'indice unique permettant d'évaluer de manière réaliste la puissance militaire des Etats-Unis, écrit la revue The National Interest.

    La revue évoque un rapport publié il y a deux semaines par le think tank Heritage Foundation et intitulé "Indice de la puissance militaire des Etats-Unis", qui emploie comme instrument d'analyse l'Indice de liberté économique.

    Selon la revue, le rapport laisse comprendre que les Etats-Unis ne disposent que d'une puissance militaire "marginale" pour protéger leurs intérêts vitaux contre les menaces actuelles. Les capacités défensives américaines ne sont suffisantes que pour gérer un seul conflit régional à la fois, la machine militaire US étant "mal préparée pour gérer deux conflits en même temps".

    Parmi les potentielles sources de menace pour les Etats-Unis on cite la Russie, l'Iran, le terrorisme au Proche-Orient, le terrorisme afghano-pakistanais, la Chine et la Corée du Nord.

    Quoi qu'il en soit, les déclarations des hommes politiques US qui ne cessent d'affirmer que les Etats-Unis possèdent l'armée la plus puissante de l'histoire de l'humanité ne semblent plus si incontestables, conclut The National Interest.

    Lire aussi:

    Six armes nucléaires russes redoutées par Washington
    L'armée américaine ne fait pas le poids en cas de conflits multiples (rapport)
    Europe: le Pentagone réduit le nombre de ses bases à des fins d'économie
    Tags:
    armée, Heritage Foundation, The National Interest, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik