Ecoutez Radio Sputnik
    L'opération en Syrie oblige les usines d'armement russes à un rendement accru

    L'opération en Syrie oblige les usines d'armement russes à un rendement accru

    © Sputnik . Igor Zarembo
    Défense
    URL courte
    711093
    S'abonner

    Les employés de la corporation "Armement tactique de fusée" sont passés en travail à trois postes en raison d'une demande accrue de livraisons d'armements liée à l'opération en Syrie.

    Le président syrien Bachar el-Assad
    © AFP 2019 LOUAI BESHARA
    Les forces navales russes ont également acheté d'urgence aux armateurs turcs huit bâtiments de transport afin de livrer des frets à Tartous (ville dans l'ouest de la Syrie), les engins russes de débarquement ne parvenant plus à s'acquitter de leur charge.

    Les bâtiments récemment achetés ont été enregistrés dans les listes des navires auxiliaires et ont obtenu un statut militaire, déclare un média russe, se rapportant à une source dans l'industrie de l'armement.

    La Russie mène depuis le 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad.

    Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI. Le 7 octobre, quatre navires de la Flottille russe de la mer Caspienne ont aussi tiré des missiles contre des sites de l'EI.

    Ayant perdu la plupart de leurs armes et matériels sur la ligne de contact avec les troupes syriennes, les terroristes essuient des pertes considérables et changent de tactique en se réfugiant dans les habitations. Plusieurs groupes faisant partie de l'EI sont déjà prêts à quitter la zone des hostilités.


    Lire aussi:

    Médias US: l’armée russe a définitivement rompu avec son passé soviétique
    Irak: 3 à 5 ans nécessaires pour liquider l'EI, selon la coalition
    Tags:
    livraisons, flotte, navires, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik