Ecoutez Radio Sputnik
    missile Bouk

    Du matériel flambant neuf livré prochainement à l’armée de terre russe

    © Sputnik. Oleg Yarovikov
    Défense
    URL courte
    Nouvelles armes russes (133)
    34914

    D’ici 5 ans, des véhicules blindés et d’autres types de matériel militaire compéteront l’équipement opérationnel des forces terrestres russes.

    "D'ici 2020, on envisage au total d'acquérir plus de 5.000 véhicules blindés et matériels militaires neufs, environ 6.000 équipements modernisés et 14.000 unités de matériel automobile moderne", a déclaré mardi le commandant en chef de l'armée de terre Oleg Salioukov.

    En 2015, la livraison à l'armée de terre russe de plus de 2.500 unités d'armement de base et de matériel à vocation militaire était prévue.

    Il a également ajouté qu'en 2016, le premier lot de systèmes de missiles sol-air de moyenne portée Bouk M-3 serait mis en service au sein des troupes terrestres.

    Le Bouk-M3, nouveau système de missiles antiaériens, a été développé en Russie et sera livré à l'armée dès 2016. Il est considéré comme l'un des meilleurs moyens au monde afin d'intercepter les missiles de croisière en basse altitude.

    Le missile Bouk-M3 a une portée de 70 km, soit 25 km de plus que son prédécesseur Bouk-M2. Conçu par l'Institut Tikhomirov de Moscou, membre du groupe Almaz-Anteï, le système Bouk-M3 peut engager 36 cibles à la fois et son missile est capable de détruire n'importe quel objet volant, y compris hypermanoeuvrable, et de surmonter les dispositifs de brouillage électronique. Le Bouk-M3 peut également détruire des cibles terrestres et navales grâce à son système de tir vertical.

    Dossier:
    Nouvelles armes russes (133)

    Lire aussi:

    Moscou pourrait livrer des missiles sol-air à l'Egypte
    Bouclier russe en Arctique: des affirmations US plutôt fumeuses
    Russie: le nouveau missile sol-air Bouk-M3 mis en service en 2016
    Tags:
    armements, Bouk-M3, Forces armées russes, Oleg Salioukov, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik