Ecoutez Radio Sputnik
    Les S-400 à Lattaqué, Syrie

    S-400: les missiles russes convoités par plusieurs pays

    © Sputnik. Dmitry Vinogradov
    Défense
    URL courte
    53706

    L'opération réussie en Syrie a augmenté l'intérêt pour les armes produites par le complexe militaro-industriel russe, l'armée russe restant toutefois le client prioritaire, selon un conseiller du président Poutine.

    La Chine et l'Inde souhaitant acheter le système de missiles sol-air S-400 Triumph, des négociations sont en cours avec des représentants de ces pays, a annoncé le conseiller du président russe pour la coopération militaire et technique Vladimir Kojine dans une interview accordée au quotidien Izvestia.

    "Il y a énormément de clients qui voudraient acquérir les S-400. Mais nous ne pouvons pas les vendre à tous, donc on les livrera avant tout à l'armée russe qui constitue notre priorité, quoique des négociations soient en cours avec la Chine et l'Inde", a déclaré le conseiller.

    Selon le quotidien, l'opération russe en Syrie a augmenté l'intérêt de l'Inde pour les S-400. Les experts assurent que ce pays pourrait persuader les représentants russes de faire une exception et de lui vendre les missiles S-400.

    Le déploiement des S-400 à la base aérienne russe de Hmeimim en Syrie a été officiellement annoncé à la suite de l'attaque du bombardier russe Su-24 par un chasseur de l'armée de l'air turque.

    Le président russe Vladimir Poutine a déclaré jeudi dernier lors de la "ligne directe" avec les téléspectateurs russes que l'intérêt envers les armes russes était monté en flèche après l'opération des Forces aérospatiales russes en Syrie.

    Lire aussi:

    Les importations de S-400 russes intéressent l'Iran
    La Russie teste un nouveau missile pour le S-400
    Le système antiaérien S-400 en action en Syrie
    Les S-400 russes font le Pentagone ajuster sa stratégie en Syrie
    Tags:
    S-400, Vladimir Kojine, Chine, Syrie, Inde, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik