Ecoutez Radio Sputnik
    Les tâches dures de ces «jouets» de combat russes sur le terrain

    Les tâches dures de ces «jouets» de combat russes sur le terrain

    © Photo. Russian Foundation for Advanced Research Projects in the Defense Industry
    Défense
    URL courte
    Nouvelles armes russes (134)
    11570

    Les robots, qui permettent de réduire les pertes d'effectifs pendant les opérations et peuvent accomplir des missions impossibles pour l'homme, sont de plus en plus répandus dans l'armée russe.

    Ils servent déjà à frayer des chemins à travers les barrages minés, à mener des opérations de reconnaissance, sont utilisés sur l'eau, sous l'eau et éteignent des incendies dans des endroits difficiles d'accès.

    Tour d'horizon des robots de combat déjà exploités par les militaires russes, et dans quel objectif.

    Les forces armées ont adopté le concept de développement et d'exploitation opérationnelle des complexes robotechniques d'ici 2025. Conformément à ce document, la part des robots dans la structure générale des armements et du matériel militaire russe devrait atteindre les 30% à cette date.

    Uran-9. Ce complexe est conçu pour assurer la reconnaissance et la couverture des unités militaires. Le robot est doté d'un canon automatisé de 30 mm couplé à une mitrailleuse et des missiles antichars radiocommandés Ataka. La présence des missiles Ataka permet au véhicule de combattre et de détruire les chars de combat les plus sophistiqués dans un rayon de 8 000 km. Le robot est également muni d'un système de guidage laser.

    Uran-6. C'est un robot de déminage qui remplace à lui seul le travail de 20 démineurs. L'engin est contrôlé par une console qui peut se trouver à une distance de 1 km. Le spécialiste reçoit un signal à partir des caméras installées sur le véhicule. Le robot, équipé de chaluts et d'une lame de bulldozer, trouve et neutralise les engins qui n'ont pas explosé. Il résiste à une puissance d'explosion allant jusqu'à 60 kg d'équivalent TNT.

    Uran-14. Ce robot relativement "pacifique" de la série Uran éteint les incendies dans les endroits difficiles d'accès. Il peut travailler sous de hautes températures et en présence d'un risque d'explosion de mines actives — réel danger pour les pompiers humains.

    Strelok. Ce robot-mitrailleuse est équipé d'un fusil automatique PKM de 7,62 mm monté sur son châssis à chenilles. Il convient pour prendre d'assaut des bâtiments dans un milieu urbain. Avec une vitesse de déplacement comparable à celle d'un homme, le robot "sait" monter les escaliers. La distance de contrôle dans un espace à découvert atteint 20 km, et jusqu'à 5 km en milieu urbain.

    Platforma-M. Les concepteurs du complexe le décrivent comme un dispositif technique capable de patrouiller, de protéger des sites sensibles et de mener des missions de reconnaissance. La visée du lance-grenades et de la mitrailleuse qui équipent l'engin est entièrement automatique.

    RTK VN (Complexe robotechnique à usage militaire). Ce complexe a été spécialement conçu pour protéger les sites des forces de missiles stratégiques. Le robot, contrôlé à distance, peut également mener des missions de reconnaissance, rechercher, identifier et attaquer différentes cibles, assurer l'appui-feu des unités et patrouiller.

    Gnom. Ce robot sous-marin dispose d'un radar circulaire et peut voir à une profondeur supérieure à 100 m, ce qui permet de trouver des mines, des torpilles et d'autres explosifs.

    Nerekhta. Il s'agit d'un châssis à chenilles permettant de travailler avec des modules interchangeables stratégiques, de reconnaissance et de transport pour remplir différentes missions tactiques. C'est un engin universel pour effectuer diverses tâches: les patrouilles, la reconnaissance, le tir de suppression et l'action sur le champ de bataille. Tout cela est rendu possible par son système modulaire avec une plateforme unique sur chenilles. Grâce à sa capacité de franchissement élevée, ce véhicule doté de deux mitrailleuses de char peut travailler en milieu urbain.

    Complexe de combat robotisé Argo. Prévu pour la reconnaissance et les patrouilles, le robot est capable d'éliminer l'infanterie, ainsi que le matériel léger de l'ennemi. Le véhicule peut se déplacer en terrain accidenté, montagneux, et être utilisé dans des opérations de débarquement naval. Le complexe, contrôlé à distance, est capable d'assurer un appui-feu des forces d'assaut, d'effectuer la reconnaissance du littoral, d'acheminer des chargements et des munitions pour les unités qui combattent sur la côte.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

     

    Dossier:
    Nouvelles armes russes (134)

    Lire aussi:

    Même pas mal: un blindé russe Tigre encaisse 2 kg de TNT (vidéo)
    Le blindé robotique russe Tigre en action (VIDEO)
    Le nouveau robot démineur russe réussit les essais
    Le robot de combat Nerekhta-2 sera dévoilé à la fin de l'année (Vidéo)
    Le robot Fedor aidera les cosmonautes dans l’espace
    Le premier char du monde adapté aux guerres réseaucentriques est russe
    Tags:
    blindé de déminage, déminage, robot, robot de combat, défense, Uran-6, Uran-9, robot Nerekhta, Platforma M, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik