Ecoutez Radio Sputnik
    Un sous-marin Scorpène conçu par le DCNS

    L’Inde lance son second sous-marin Scorpène malgré des fuites de données

    © AP Photo /
    Défense
    URL courte
    1382

    New Delhi a préféré passer outre la fuite de données sensibles pour lancer son deuxième submersible de conception française Scorpène. Mais des militaires indiens se demandent s’ils peuvent désormais faire confiance aux chantiers navals français DCNS.

    La Marine indienne a lancé jeudi le Khanderi, le deuxième sous-marin d'attaque de la classe Scorpène, conçu par le groupe naval français DCNS, et ce malgré les informations sur la fuite de données sensibles concernant ces submersibles annoncée en août 2016.

    « La mise en service des sous-marins du Projet 75 (nom indien des Scorpène) marquera le début d'une nouvelle étape dans le développement du potentiel de nos submersibles », a déclaré l'amiral Sunil Lanba, chef de la Marine indienne, lors de la cérémonie.

    Le ministre indien de la Défense Subhash Bhamre a qualifié le Projet 75 Kalvari de jalon important dans les efforts visant à garantir l'autosuffisance du pays.

    Toutefois, les deux responsables ont préféré ne pas évoquer les préoccupations soulevées par les experts suite à la fuite de 22 400 pages de données confidentielles sur les sous-marins Scorpène annoncée par les médias en août 2016. Les données en question concernent les sondes des submersibles, leurs systèmes de communication et de navigation et le système de lance-torpilles. Suite à la fuite, le groupe naval militaire français DCNS a déclaré que les données n'étaient pas secrètes ou importantes.

    Selon les premiers résultats d'une enquête lancée par la Marine indienne, il s'agit d'informations de caractère général qui ne contiennent pas de paramètres sensibles des sous-marins de conception française en construction à Mumbai.

    « Comment la fuite s'est-elle produite ? Est-ce que cela s'est produit du côté indien ? Notre Marine est certaine que cela ne s'est pas passé de notre côté. Mais si cela est arrivé du côté de la DCNS (…), il y a un problème de confiance. La Marine ne peut plus faire confiance à la DNCS à l'avenir (…). Comment cela influera sur les missions de la Marine ? », a indiqué à Sputnik Abhijit Singh, un ancien officier de la Marine indienne.

    DCNS logo
    © AFP 2018 LIONEL BONAVENTURE
    Le Khanderi doit être remis à l'armée indienne d'ici la fin 2017, après des essais d'abord à quai, puis en mer, en surface et en plongée. Le premier sous-marin de la série, le Kalvari, passe actuellement des essais en mer et devrait être réceptionné à la mi-2017.

    Le groupe Mazagon Docks Limited (MDL), partenaire indien du groupe naval français DCNS, doit construire six sous-marins de classe Scorpène aux chantiers navals de Mumbai aux termes d'un contrat indo-français de 3,5 milliards de dollars signé 2005 (3,29 mds EUR). Le contrat prévoit le transfert de technologies à l'Inde.

    L'Inde et le groupe de construction navale français DCNS ont signé en 2005 un contrat de 3,5 milliards de dollars sur l'achat de six sous-marins de type Scorpène avec l'achat de trois autres bâtiments en option. Ces trois sous-marins supplémentaires seraient équipés d'un nouveau système de propulsion anaérobie (AIP) développé actuellement par l'agence indienne Defence Research and Development Organisation (DRDO).

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Sous-marins Scorpene: l'Inde demande à la France d'enquêter sans tarder
    La France vendra 36 Rafale à l'Inde pour 8 mds EUR
    France: un contrat de vente de sous-marins au Brésil provoque des soupçons de corruption
    Tags:
    fuite, sous-marins, Kalderi, Khanderi, Scorpène, DRDO, Mazagon Docks Limited (MDL), DCNS, Sunil Lanba, Subhash Bhamre, France, Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik