Défense
URL courte
1230
S'abonner

Une mission en Syrie s’est achevée vendredi pour une frégate russe, l’Amiral Essen, qui regagne sa base à Sébastopol après avoir détruit des cibles de Daech non loin de Deir-ez-Zor.

La frégate lance-engins Amiral Essen de la Flotte russe de la mer Noire est rentrée à Sébastopol, en Crimée, après avoir accompli plusieurs missions de combat en Syrie, a annoncé vendredi Viatcheslav Troukhatchev, chef du service de presse de la Flotte.

«La cérémonie d’accueil de la frégate Amiral Essen de la Flotte de la mer Noire s’est tenue vendredi à Sébastopol. La frégate est rentrée à la base principale de la Flotte après avoir réalisé plusieurs missions en Méditerranée. L’équipage du navire, qui faisait partie du groupe naval russe, a mené des frappes contre des groupes terroristes en Syrie», a indiqué Viatcheslav Troukhatchev devant les journalistes.

La mission de la frégate a duré plus de deux mois. Le navire a notamment tiré des missiles de croisière de type Kalibr contre des cibles de Daech se trouvant aux alentours de Deir ez-Zor.

L’Amiral Essen (Admiral Essen)est la deuxième frégate lance-engins du projet 1135.6. Le navire, qui faisait initialement partie de la Flotte de la mer Baltique, a rejoint celle de la mer Noire le 7 juin 2016. L’Amiral Essen est doté de missiles de croisière Kalibr-NK, de missiles Chti-1, d’un canon de 100 mm et d’autres pièces d’artillerie, de torpilles et peut embarquer un hélicoptère Ka-27 (ou Ka-31).

Lire aussi:

La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Les talibans conseillent «au jeune Président français» de «ne pas être trop impulsif»
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Tags:
Russie, Syrie, Crimée, Sébastopol, Viatcheslav Troukhatchev, Flotte russe de la mer Noire, Admiral Essen (frégate), lutte antiterroriste, frégate
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook