Défense
URL courte
13514
S'abonner

Flammes, nuages de fumée, bruits d'explosion: c'est dans cette ambiance dantesque qu'un individu traverse audacieusement un champ de mines pour tester l'équipement de protection Ratnik-2. Outre le fait que l'équipement de combat est flambant neuf, il y a une autre nouveauté: c'est une jeune femme qui le porte.

Le calme d'un champ russe est brusquement perturbé: sur une vidéo récemment publiée par la chaîne russe RT, on voit, non sans un pincement au cœur, une personne bardée de l'équipement de protection dernier cri Ratnik-2 franchir un champ de mines qui explosent à mesure qu'elle marche. Or, elle marche sans s'arrêter tandis que la terre explose sous ses pieds et que des nuages de fumée blanche et noire l'empêchent de voir où elle va.

«Elle», c'est Victoria Kolesnikova, jeune employée de l'Institut de recherches scientifiques spécialisé en construction mécanique. Des mines éclatent à moins d'un mètre d'elle, des flammes la lèchent de tous les côtés.

Mais l'équipement innovant s'avère efficace et les explosions ne laissent que quelques tâches noires sur le visage de la jeune femme. Souriante, elle atteint la ligne d'arrivée et ôte sa cagoule, remet sa coiffure en place et reçoit un bouquet de fleurs.

Les éléments de l'équipement Ratnik-2 sont en train d'être testés dans les troupes russes. La deuxième génération du système diffère de celle précédente par son poids allégé, par le niveau de protection amélioré de ses gilets pare-balles, ainsi que par la présence de systèmes de pilotage et de communication radio intégrés.

Lire aussi:

Un rapport remis par le Pr. Raoult il y a 17 ans prédisait le chaos à venir mais le gouvernement l’a ignoré
Cet hôpital parisien a dû recruter des gardes du corps pour protéger les soignants des agressions dans la rue - vidéo
Un chien tombé dans l’eau glacée refuse d'être sauvé par un homme qui plonge pour lui – vidéo
Tags:
femmes, équipement militaire, essais, mine, combat, explosion, Ratnik, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook