Ecoutez Radio Sputnik
    Iars

    Anniv des RVSN: ces missiles balistiques représentent un fer de lance de l’armée russe

    © Sputnik . Natalia Kupreychenko
    Défense
    URL courte
    5372

    Les Forces russes des fusées stratégiques (RVSN) qui constituent une partie importante de la composante terrestre de la dissuasion nucléaire russe soufflent ce dimanche 17 décembre leurs 58e bougies. Donc, quels sont ces missiles qui représentent le présent et l'avenir du bouclier nucléaire de l’État russe?

    Depuis sa création en 1957, les forces de missiles stratégiques ont effectué plus de 5.000 lancements de missiles, dont environ 500 exercices de combat au cours de l'entraînement des troupes.

    Les RVSN effectuent, en général, leurs tirs à partir de deux sites: soit de Plesetsk sur l'aire de Kourau au Kamtchatka, soit de Kapoustin Yar sur l'aire de Sary-Chagan. Le choix dépend de la tâche que doivent accomplir les ingénieurs et les militaires. S'il faut contrôler l'efficacité de toute la charge, elle est testée en Extrême-Orient. Mais quand il s'agit de tester une nouvelle munition, l'aire d'Astrakhan convient mieux.

    Les Forces russes des fusées stratégiques sont équipées des missiles les plus puissants:

    Topol

    Le 23 juillet 1985, l'URSS a mis en état opérationnel ses missiles balistiques intercontinentaux appelés Topol près de la ville de Iochkar-Ola, capitale de la république des Maris. Jusqu'à présent, une centaine de systèmes mobiles sont en service à travers toute la Russie.

    Le missile Topol (code Otan SS-25 Sickle) a une portée de 11.000 kilomètres. Long de 22 mètres, il a un diamètre de 1,95 mètres et pèse 47 tonnes au lancement. A la base, le Topol ne comprend qu'une seule ogive de 550 KT mais les dernières versions peuvent en porter jusqu'à six.

    Le système de missiles Topol n'a pas d'équivalent à l'étranger. Depuis 30 ans, il y a eu près de cent tirs de missiles et il n'y a jamais eu un seul échec.

    RS-24 Iars

    Le RS-24 Iars (code Otan SS-X-29), missile à propergol solide et à trois étages, est une version modernisée du missile monobloc RS-12M2 Topol-M. Il est capable de porter une ogive nucléaire à têtes multiples de 150 à 300 kilotonnes à guidage individuel. Selon ses concepteurs, aucun système de défense antimissile n'est actuellement capable de parer une attaque de missiles Iars, dont la portée s'étend jusqu'à 11.000 km.

    Le système de contrôle du complexe peut assurer la réception de l'ordre de tir dans les conditions les plus difficiles, y compris lors d'une action nucléaire et d'un brouillage de guerre électronique. Le poids de départ du missile est de 50 tonnes. Il peut effectuer une manœuvre programmée au décollage pour franchir un nuage d'explosion nucléaire de missiles attaquants. Il peut aussi accomplir des manœuvres au début de la trajectoire en combinaison avec une zone active très brève ce qui complique significativement son interception même par les moyens avancés de la défense antimissile américaine.

    Pour rendre la vie encore plus difficile à un éventuel ennemi, le missile est doté de plusieurs moyens de lutte contre la défense antimissile: des leurres actifs et passifs, ou encore des dispositifs altérant les caractéristiques des ogives.
    Le système a été lancé en 2009 et mis en service opérationnel l'année suivante. En cinq ans, 12 régiments des RVSN ont déjà été équipés de systèmes de missiles de nouvelle génération Iars.

    Rockot

    Le Rockot est un lanceur russe léger capable de placer en orbite basse une charge utile de 1,8 tonne. Le lanceur Rockot a une masse totale de 107 tonnes pour une longueur de 29 mètres et un diamètre de 2,5 mètres.

    Créé dans le cadre du programme de reconversion des matériels militaires, le lanceur Rockot constitue une modification du missile balistique intercontinental RS-18 (code OTAN: SS-19 Stiletto) retiré des arsenaux russes.

    Il s'agit d'une fusée à deux étages dont l'ogive est propulsée à l'aide du bloc d'accélération Breeze-KM. Le premier lancement d'un Rockot a eu lieu le 16 mai 2000.

    Voevoda et Sarmat

    Le complexe Voevoda, appelé également en Occident «Satan» (code Otan SS-18 Satan), est le plus grand missile jamais développé en URSS. Un missile à propergol liquide d'une portée comprise entre 11.200 et 16.000 km a une masse de 211 tonnes, est haut de 34,3 mètres avec sa charge nucléaire et a un diamètre de 3,05 mètres. Tiré depuis un silo, le Satan comporte deux étages et ses moteurs brûlent des ergols liquides stockables.

    Pourtant, en 2018 le Sarmat doit remplacer le complexe Voevoda. Les travaux sur le projet «Sarmat» ont débuté en 2011. Il est prévu de rééquiper sept détachements des Forces des fusées stratégiques russes avec ces missiles. Avec sa masse au décollage de 110 tonnes, sa portée de plus de 11.000 km et une charge active de 10 à 15 ogives à guidage individuel de 750 kt de puissance chacune, les experts et les médias occidentaux l'ont déjà baptisé Satan-2.

    A terme, les Sarmat, Iars et Topol doivent constituer la principale puissance d'attaque des Forces russes des fusées stratégiques.

    Lire aussi:

    L'Armée russe révèle le nombre de ses missiles balistiques
    Les Forces des fusées stratégiques russes dévoilent le nombre de tirs prévus en 2018
    Deux nouveaux missiles russes superpuissants bientôt essayés
    Tags:
    RS-18 (code Otan: SS-19 Stiletto), Topol, Rockot, Topol-M, RS-24 Iars, Voevoda (missile lourd), RS-28 Sarmat (missile lourd), RVSN, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik