Défense
URL courte
14660
S'abonner

Après qu’en 2016, Moscou a intégralement rempli le contrat de livraison de S-300 en Iran qui font désormais partie intégrante de la DCA de la république islamique, la Russie vise à y construire un centre dstiné à la maintenance des systèmes de missiles sol-air.

La Russie construira en Iran un centre de maintenance des systèmes de missiles sol-air S-300 livrés à Téhéran, a déclaré Vladimir Kojine, conseiller du Président russe dans la coopération militaro-technique.

«En Iran, où nous avions livré notre équipement de défense aérienne, on établit maintenant un centre de maintenance spécial», a déclaré Vladimir Kojine dans une interview accordée à la chaîne Rossiya 24.

Il a indiqué que la Turquie qui achète des systèmes S-400 russes, était également intéressée par la mise en place d'un centre de maintenance.

En 2009, la Russie et l'Iran ont conclu un accord pour la livraison de S-300 pour un montant de 900 millions de dollars (817 millions d'euros). Mais le 22 septembre 2010, les autorités russes ont annoncé leur décision de ne pas livrer les S-300 à l'Iran, ces armes tombant sous le coup des sanctions de l'Onu. Cinq ans plus tard, Vladimir Poutine a autorisé la fourniture des S-300 à l'Iran.

Les systèmes S-300 précédemment fournis par la Russie avaient été mis en service et étaient utilisés par les forces armées iraniennes.

Lire aussi:

Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Tags:
S-400, S-300, Vladimir Kojine, Turquie, Iran, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook