Défense
URL courte
14660
S'abonner

Après qu’en 2016, Moscou a intégralement rempli le contrat de livraison de S-300 en Iran qui font désormais partie intégrante de la DCA de la république islamique, la Russie vise à y construire un centre dstiné à la maintenance des systèmes de missiles sol-air.

La Russie construira en Iran un centre de maintenance des systèmes de missiles sol-air S-300 livrés à Téhéran, a déclaré Vladimir Kojine, conseiller du Président russe dans la coopération militaro-technique.

«En Iran, où nous avions livré notre équipement de défense aérienne, on établit maintenant un centre de maintenance spécial», a déclaré Vladimir Kojine dans une interview accordée à la chaîne Rossiya 24.

Il a indiqué que la Turquie qui achète des systèmes S-400 russes, était également intéressée par la mise en place d'un centre de maintenance.

En 2009, la Russie et l'Iran ont conclu un accord pour la livraison de S-300 pour un montant de 900 millions de dollars (817 millions d'euros). Mais le 22 septembre 2010, les autorités russes ont annoncé leur décision de ne pas livrer les S-300 à l'Iran, ces armes tombant sous le coup des sanctions de l'Onu. Cinq ans plus tard, Vladimir Poutine a autorisé la fourniture des S-300 à l'Iran.

Les systèmes S-300 précédemment fournis par la Russie avaient été mis en service et étaient utilisés par les forces armées iraniennes.

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
Macron n’inspire plus confiance aux Français et recourt à l’«autodéfense agressive», selon la presse allemande
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Tags:
S-400, S-300, Vladimir Kojine, Turquie, Iran, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook