Ecoutez Radio Sputnik
    AN-124-100 Ruslan

    Député tchèque: «L’Otan s’est punie elle-même et s’est privée des Rouslan»

    © Sputnik . Anton Denisov
    Défense
    URL courte
    351793

    La compagnie aérienne russe Volga-Dnepr a confirmé qu’elle n’entendait plus à l’avenir coopérer avec l’Otan, y compris avec la République tchèque, et couperait à l’Alliance l’accès à son gros avion-cargo Rouslan pour transporter des frets militaires. Un parlementaire tchèque commente la situation pour Sputnik.

    En riposte aux sanctions toujours plus dures imposées à la Russie par les États-Unis, Moscou a décidé d'arrêter avant la fin de l'année 2018 de fournir aux armées de l'Otan ses avions de transport An-124, ce qui porte un coup dur à l'Alliance, y compris en Europe centrale, a reconnu dans un entretien accordé à Sputnik le vice-président de la Commission sur la défense du Parlement tchèque Alexandr Černý.

    «L'Otan s'est punie elle-même et s'est privée des Rouslan, alors qu'il est évident que justement de tels avions cargos géants lui manquaient. Si cette coopération cesse, cela posera effectivement un gros problème. Il ne sera ni facile ni simple de remplacer de tels avions, l'Alliance n'ayant que très peu de machines de ce type. Dommage, parce que par le passé, l'armée tchèque s'est souvent servie d'An-124 pour transporter entre autres des blindés», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que le gouvernement tchèque entreprenait parfois des démarches qui n'apportaient rien de bon ni à lui-même ni au peuple tchèque et qu'une telle situation absurde ne datait pas d'aujourd'hui et ne concernait pas uniquement l'armée.

    «N'importe quelle sanction contre la Russie complique la vie à tout le monde. […] Aussi, doit-on apprendre à vivre avec et attendre, en espérant que la nouvelle élite politique qui viendra au pouvoir dans les pays occidentaux sera plus raisonnable et renoncera à la politique des sanctions», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Il s'agissait du projet SALIS (Strategic Airlift International Solution), contrat signé dans le cadre de l'Otan, qui permettait aux armées européennes d'accéder aux avions Antonov via un système d'heures de vol prépayées et de transporter des frets surdimensionnés.

    L'An-124-100 Rouslan, le second plus gros avion du monde produit en série, a été mis au point dans la première moitié des années 1980 par le bureau d'étude de l'entreprise Antonov de concert avec d'autres structures aéronautiques soviétiques. Il permet de transporter les charges les plus diverses telles que des locomotives, des grues, des satellites, des bateaux.

    Lire aussi:

    Ces avions de transport militaire hors normes qui laissent bouche bée (photos)
    Une percée héroïque: qui a privé l’Ukraine de ses avions emblématiques?
    À qui les sanctions européennes ont-elles laissé le champ libre sur le marché russe?
    Tags:
    avions de transport militaire, cargaison, avion-cargo, An-124, parlement tchèque, Sputnik, OTAN, Alexandr Černý, Europe centrale, République tchèque, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik