Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou

    Moscou: il n’y a pas d’accords internationaux qui limitent la livraison de S-300 en Syrie

    © Sputnik . Anton Denisov
    Défense
    URL courte
    281112

    La Russie peut fournir à la Syrie des systèmes S-300 et rien ne limite ce droit au niveau international, a-t-on fait savoir au sein du ministère russe des Affaires étrangères.

    La décision sur la livraison de systèmes de DCA en Syrie est bilatérale et n'est pas restreinte par un quelconque accord international, a déclaré à Sputnik Vladimir Ermakov, directeur du département de la non-prolifération et de contrôle des armements du ministère russe des Affaires étrangères.

    «Nous n'avons pas d'accords internationaux qui pourraient limiter nos livraisons d'armes défensives en Syrie. En tout cas, ces questions sont réglées au niveau des autorités du pays, cela sera annoncé de manière appropriée», a-t-il fait remarquer.

    Il a en outre souligné que la décision sur la livraison des armes défensives était bilatérale.

    Et de conclure:

    «C'est toujours une décision bilatérale. Aucun accord de la Russie ou de la Syrie dans les structures internationales ne la limite. Ce sont des armes défensives qui, lorsque les parties se sont accordées, peuvent être livrées dans un autre pays.»

    Après la frappe réalisée dans la nuit du 13 au 14 avril par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, l'état-major russe a déclaré que la Russie pourrait revenir sur la question des livraisons de S-300 à la Syrie et à d'autres pays.

    Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a de son côté fait savoir ce mardi que la décision concernant la livraison de S-300 n'était pas encore prise.

    Lire aussi:

    Le Kremlin réagit à une possible livraison de S-300 à la Syrie
    L’ambassadeur syrien en Russie aborde l’octroi possible des S-300 russes
    Israël préoccupé par les éventuelles livraisons de S-300 russes en Syrie
    Tags:
    S-300, Vladimir Ermakov, Moscou, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik