Défense
URL courte
381493
S'abonner

Les armements russes déployés à Kaliningrad représentent la plus grande menace pour l’Otan, estime The National Interest. Selon cet hebdomadaire, les capacités russes dans la région sont beaucoup plus significatives que celles des pays membres de l’alliance.

La ville de Kaliningrad «armée jusqu'aux dents» est le pire cauchemar de l'Otan, écrit The National Interest.

Selon l'hebdomadaire, les forces des pays membres de l'Otan déployées dans la région ne sont pas capables de contrecarrer la flotte et les missiles russes, la plus grande menace émanant des missiles Iskander-M dont la portée affichée est de 400 kilomètres. The National Interest indique que ces missiles sont capables d'attaquer toutes les installations navales polonaises, ainsi que celles des autres pays baltes.

En plus des systèmes terrestres, la Russie dispose des missiles Kh-55 et Kh-101 qui peuvent être installés sur les avions Tu-22M3, Tu-95MS et Tu-160.

Par ailleurs, un contingent significatif de la marine russe est stationné à Kaliningrad. Il inclut des navires Buyan-M du projet Project 21631 et deux sous-marins depuis lesquels les missiles Kalibr peuvent être lancés.

D'après le média, d'autres navires russes déployés dans la région, dont deux frégates Neutrashimy et un destroyer de la classe Sovremenny, sont destinés à la lutte antinavire, anti-sous-marine, antisurface et antiaérienne.

L'hebdomadaire tire la conclusion qu'en cas de guerre dans la région de la mer Baltique, la Russie aura l'avantage sur les pays de l'Otan.

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Frappes israéliennes en Syrie: «un comportement d’État voyou»
Tags:
missiles, Kalibr, Iskander-M, Flotte russe de la mer Baltique, OTAN, Kaliningrad, mer Baltique, Pologne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook