Défense
URL courte
492428
S'abonner

Grâce à ses caractéristiques techniques et la possibilité d'abattre des cibles à des distances très importantes, le système de missiles sol-air russe S-500 est unique au monde, selon une revue américaine.

Les nouveaux systèmes de missiles sol-air russes S-500 n'ont pas d'analogues au monde, écrit la revue américaine The National Interest.

Selon des sources militaires américaines, Moscou a récemment testé ce système en frappant des cibles se trouvant à une distance considérée auparavant comme impossible.

Ainsi, les médias américains ont annoncé qu'un S-500 avait détruit une cible à une distance de 299 milles (près de 481 km, ndrl). Selon les experts, cette distance est supérieure de 50 milles (80,4 km, ndlr) à celle possible pour tout autre système.

Selon le National Interest, le système russe se sert de plusieurs types de missiles en fonction de la distance et du type de cible à détruire. Ainsi, pour parer des attaques de missiles balistiques, le S-500 recourt à des missiles se déplaçant à une vitesse de 7 km par seconde. La revue suppose que le système russe est capable d'abattre des cibles se trouvant à 200 km d'altitude et qu'il peut également viser les avions furtifs.

Les sources d'informations ouvertes au public indiquent que le rayon d'action du S-500 est de 600 km. Ce système est capable de découvrir et de détruire simultanément jusqu‘à dix cibles balistiques se déplaçant à des vitesses supersoniques.

En mai, le Président Poutine a exigé de préparer le S-500 à une fabrication en série.

Lire aussi:

Importante flambée des hospitalisations en France pour la première fois en plus de deux mois
Un professeur juge le décolleté d'une collégienne de 14 ans provocant, elle se sent «humiliée» - photo
20 pompiers accusés de viols sur une adolescente: la mère de Julie enrage contre la justice
Le bras droit de Raoult assure que tout s'améliore à Marseille et ne comprend pas la décision du gouvernement
Tags:
cibles, S-500, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook