Ecoutez Radio Sputnik
    Un Su-34 russe en Syrie

    Pourquoi le Su-34 est considéré comme l'avion d'attaque au sol le plus redoutable au monde

    © Sputnik . Maxim Blinov
    Défense
    URL courte
    2333

    Le chasseur-bombardier polyvalent russe Su-34 peut identifier dix cibles à la fois, s'en approcher en volant à 2.000 km/h et larguer sur l'ennemi des tonnes de tolite.

    Pour ses capacités, les experts d'une grande revue militaire occidentale, Military Watch, ont reconnu que le chasseur-bombardier polyvalent russe Su-34 était l'avion d'attaque au sol le plus efficace du monde.

    Né pour surprendre

    Le Su-34 a été mis en service dans l'armée de l'air russe en 2014. Il avait été utilisé pour la première fois dans des conditions opérationnelles réelles lors de l'opération d'imposition de la paix en Géorgie en août 2008: deux Soukhoï avaient bombardé les positions de l'armée géorgienne et aveuglé les radars de la défense antiaérienne grâce aux conteneurs embarqués de guerre électronique «Khibiny». L'efficacité des avions avait surpris à l'époque non seulement les militaires géorgiens, mais également le commandement de l'Otan qui suivait attentivement l'évolution des événements dans la région.

    «Caneton infernal»: le Sukhoi Su-34 reconnu meilleur bombardier tactique au monde
    © Photo. Ministry of Defence of the Russian Federation
    Mais c'est avec l'opération en Syrie que les Su-34 ont dévoilé tout leur potentiel d'attaque et leurs excellentes performances. Ils ont été immédiatement lancés dans la bataille pendant l'automne 2015 et depuis, ces chasseurs-bombardiers sont les héros permanents des bulletins opérationnels du ministère de la Défense.

    Les frappes des Soukhoï ont éliminé des centaines de combattants et leurs leaders, ont détruit des dizaines de postes de commandement renforcés et de dépôts d'armements des terroristes, ainsi que des convois de camions-citernes et de matériel blindé. Les systèmes de visée du Su-34 permettent d'utiliser des missiles air-sol, des bombes guidées ou ordinaires avec une grande précision.

    De plus, grâce à sa haute manœuvrabilité et à sa vitesse horizontale le chasseur-bombardier est capable de mener un combat aérien et même d'attaquer. L'arsenal du Su-34 inclut un canon automatique de 30 mm GCh-301 auquel il est possible d'accrocher des missiles aériens de moyenne et de courte portée. Les radars de bord identifient des grandes cibles aériennes dans un rayon de 250 km.

    Su-34
    © Sputnik . Dmitri Vinogradov
    Su-34

    Depuis qu'un F-16 de l'armée de l'air turc a abattu un bombardier russe Su-24 en novembre 2015, les Su-34 ne partent plus en mission en Syrie sans missiles air-air. L'appareil est muni d'un radar de vision arrière et d'armements qui permettent de se débarrasser facilement de pratiquement tout chasseur ennemi à ses trousses.

    Les succès du Su-34 en Syrie ont accru l'intérêt pour ce modèle à l'étranger. Un haut responsable de l'agence russe Rosoboronexport a rapporté que plusieurs pays du Moyen-Orient témoignaient de l'intérêt pour cet appareil.

    Un avion d'attaque au sol à longue portée

    Le Bureau d'étude Soukhoï a commencé l'élaboration d'un nouveau bombardier tactique pour remplacer le Su-24 obsolète au milieu des années 1980. Il a pris pour base le planeur du chasseur Su-27 en procédant à une profonde mise au point. Les équipements de bord de pointe, la furtivité et l'immunité au brouillage, le puissant armement et les dispositifs radar avancés ont sérieusement rapproché le Su-34 des avions de 5e génération.

    «En Occident, les appareils de ce type sont qualifiés de chasseurs tactiques ou de chasseurs-bombardiers et sont classés comme «interdiction aircraft», explique l'expert aéronautique Vladimir Karnozov. Cela pourrait se traduire comme «appareil d'isolement des opérations militaires». En d'autres termes, sa principale mission consiste à détruire des cibles au sol, même s'il est capable d'esquiver efficacement une attaque et de se défendre dans un combat aérien. Par exemple, l'avion d'attaque au sol Su-25 frappe essentiellement les cibles directement sur la ligne du front, alors que le Su-34 assure un isolement de l'arrière — il est nécessaire pour empêcher l'ennemi d'acheminer les munitions ou les renforts.»

    Le Su-34 est un jeune avion dont la production en série a été lancée récemment, mais les développeurs et les producteurs ont réussi à le guérir de tous ses problèmes «infantiles». «La mise au point et l'optimisation des systèmes prennent généralement des années et c'est loin d'être une tâche facile. Parfois des avions sont en service depuis des décennies, mais leurs équipements ne sont pas au point. De toute évidence, cette mission a été remplie avec succès avec le Su-34 — il est utilisé largement et avec succès en Syrie. C'est probablement ce qui a incité les collègues étrangers à attribuer à l'avion une note aussi élevée», poursuit Vladimir Karnozov.

    Le point fort du bombardier est son système radar — ses «yeux» et ses «oreilles». Le Su-34 est doté d'un radar passif à balayage électronique, couplé à un système optique numérique à fort agrandissement. Peu d'avions de combat peuvent se vanter de disposer d'un tel système. Au final, le Su-34 est non seulement capable de frapper des cibles immobiles, mais également d'identifier, d'accompagner et de détruire des cibles en mouvement.

    © Sputnik . Dmitry Vinogradov

    Une autre particularité est la position de l'équipage dans la cabine. Dans le Su-34, les pilotes sont placés côte à côte. Seuls les bombardiers lourds peuvent normalement se permettre un tel positionnement — les pilotes des avions tactiques présentant un poids au décollage comparable se positionnent généralement en tandem, l'un derrière l'autre. «La position côte à côte apporte plusieurs avantages, notamment dans les conditions opérationnelles extrêmes — l'équipage communique sans transmetteurs, l'interaction entre les pilotes est améliorée et simplifiée», explique l'expert.

    En outre, le Su-34 est un avion spacieux et confortable. Pendant les longs vols, il est possible de se lever, de se dégourdir les jambes, de se promener dans la zone de repos derrière les sièges et même de boire du café ou du thé.

    Faux-jumeaux

    L'un des rares concurrents étrangers du Su-34 est le chasseur-bombardier F-15E Strike Eagle. Cet avion a été également conçu sur la base du chasseur lourd F-15 pour remplacer le bombardier F-111. En service dans l'armée de l'air américaine depuis la fin des années 1980, il a été rodé dans pratiquement toutes les opérations militaires des USA — dans le Golfe, en Afghanistan, en Yougoslavie et en Libye.

    Boeing F-15E Strike Eagles
    Boeing F-15E "Strike Eagles"

    L'avantage du Strike Eagle est qu'il peut embarquer un réservoir de carburant supplémentaire. L'avion est doté de missiles guidés et de bombes non guidées et intelligentes équipées du système JDAM, de missiles antinavires et même de l'arme nucléaire tactique. Sa vitesse maximale dépasse légèrement celle du Su-34 — près de Mach 2,5 — mais quand l'avion est à vide, sans points d'accroche extérieurs. Les rayons d'action des deux appareils sont identiques — environ 1.000 km — mais le Soukhoï peut charger plus de bombes et de missiles.

    La principale qualité soulignée par les spécialistes américains est la capacité qu'ont les Su-34 russes de lancer des attaques à une grande distance de leur lieu de stationnement. Par exemple, les avions déployés en Syrie peuvent atteindre leur cible pratiquement dans tout le Moyen-Orient, et ceux de Kaliningrad en Allemagne, dans les pays baltes et scandinaves.

    Ces dernières années, l'industrie a accru le rythme des fournitures de Su-34 dans l'armée russe. Ils sont basés partout en Russie — dans les régions de Voronej, de Tcheliabinsk, de Rostov, d'Astrakhan et de Khabarovsk. Selon le ministère de la Défense, d'ici 2020 près de 100 nouveaux appareils seront mis en service dans l'armée de l'air.

    Lire aussi:

    L’aviation russe se dote de quatre bombardiers dernier cri Su-34
    Le Su-34, meilleur bombardier d'attaque au sol au monde, selon les médias
    «Caneton infernal»: le bombardier russe Su-34 en 60 secondes (vidéo)
    Tags:
    avion, General Dynamics F-111, F-15E Strike Eagle, Su-27, Su-34, Bureau d'études Sukhoi, Proche-Orient, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik