Ecoutez Radio Sputnik
    Eurofighter Typhoon

    «Au plus bas»: les avions de combat allemands désapprennent à voler

    © Sputnik . Igor Zarembo
    Défense
    URL courte
    20244

    La majeure partie des avions de combat allemands sont cloués au sol à cause d'un manque de pièces de rechange, constate le chef d'état-major de la Luftwaffe.

    L'armée de l'air allemande traverse une période vraiment difficile, à en juger par les récentes déclarations de son nouvel inspecteur général (chef d'état-major) Ingo Gerhartz qui a pris ses fonctions il y a un mois.

    Intervenant mercredi 27 juin devant près de 200 industriels, responsables politiques et officiers réunis à Berlin, le général Gerhartz a constaté que la Luftwaffe était «au plus bas».

    «Les avions sont immobilisés en raison d'une pénurie de pièces de rechange. Et ils ne sont même pas sur les bases, car ils sont tous en maintenance chez l'industriel», a fait savoir l'inspecteur général cité par l'agence Reuters.

    En guise d'exemple, il a cité l'avion de combat Eurofighter Typhoon, dont l'inspection obligatoire après 400 heures de vol prend maintenant 14 mois, ce qui est deux fois plus longtemps que prévu. Pour M.Gerhartz, ce retard est «inacceptable».

    Il convient de rappeler qu'un rapport du ministère allemand de la Défense paru en février indiquait que seulement 39 Typhoon sur 128 étaient prêts pour l'entraînement et le combat.

    Le général Gerhartz a ainsi appelé les députés du Bundestag à approuver un plan de finance qui permettrait de «couvrir les besoins de la Luftwaffe» et d'assurer «une visibilité fiable et durable pour les prochaines années».

    Lire aussi:

    «Achetez le F-35»: un conseil pour l’Allemagne à l’arrière-goût nucléaire
    La Luftwaffe ne posséderait que 4 chasseurs Eurofighter aptes au combat
    Un avion de reconnaissance russe met en émoi la Royal Air Force
    Tags:
    aviation, avions militaires, Eurofighter typhoon, ministère allemand de la Défense, Bundestag, Luftwaffe, Ingo Gerhartz, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik