Défense
URL courte
6812
S'abonner

La Russie pourrait se servir de ses missiles sol-sol Iskander pour assurer la protection de ses frontières dans les mers Baltique et Noire, selon une revue américaine.

Le système de missiles sol-sol russe Iskander pourrait être utilisé dans la lutte contre les navires ennemis, annonce la revue américaine The National Interest.

La revue rappelle que fin juillet — début août, la Russie a effectué deux tirs de simulation électronique de missiles Iskander visant des navires en mer Noire.

Selon la revue, le système mobile Iskander est capable de tirer plusieurs types de missiles balistiques et de missiles de croisière, dont les versions antinavires de missiles Kalibr d'une portée de 500 km et destinés à détruire les destroyers équipés de Tomahawk.

«Les missiles antinavires sont capables de voler à une vitesse de 2.000 km/h, ne se déplaçant qu'à 5-10 mètres au-dessus de l'eau, ce qui les rend invulnérables pour la défense antimissile. La charge utile d'un missile varie de 200 à 500 kilos. Les missiles légers sont utilisés contre les destroyers, alors que les missiles lourds détruisent les croiseurs», écrit The National Interest.

La revue souligne que la Russie a déjà fait savoir qu'elle pourrait se servir de missiles balistiques ou du moins de leur pas de tir pour lutter contre les navires. Ce qui fait, selon l'auteur de l'article, que les missiles dont la portée est inférieure à 500 km peuvent s'avérer très utiles pour la défense des côtes russes en mers Baltique et Noire et permettront à la Russie d'interdire aux navires de l'Otan de s'approcher de son territoire.

Lire aussi:

Ce qu’il en coûte de voler des montres au roi du Maroc
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
Le basketteur Kobe Bryant parmi les victimes d'un crash d'hélicoptère aux États-Unis - vidéos
En continu: un avion s'écrase en Afghanistan, le Pentagone annonce le crash de son E-11A - vidéo
Tags:
missile, Iskander, OTAN, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik